Accueil | Actualités | Médias | Concours de sourcing à l’IFP : « C’est quoi ton numéro ? »
Pub­lié le 25 juin 2013 | Éti­quettes :

Concours de sourcing à l’IFP : « C’est quoi ton numéro ? »

Un bon journaliste se doit d'être débrouillard, et, on s'en doute, ne pas avoir peur de son ombre.

C'est donc pour encourager ces qualités, que l'école de journalisme de l'Institut Français de Presse a demandé à ses étudiants de trouver le numéro de téléphone personnel de Vincent Autin, l’un des premiers « mariés » homos de France.

Celui-ci avait donné son accord. Cela ne l'a pas empêché de twitter, quelques heures plus tard : « Les étudiants passent un concours... mon entourage et moi même une épreuve ! ». Même énervement de Nicolas Gougain, porte parole de l'Inter LGBT : « Bonjour, pour votre épreuve de sourcing vous auriez au moins pu avoir la politesse de nous prévenir. Vraiment pas réglo ».

Dans une explication, postée sur la page facebook de son école, Jean-Baptiste Legrave le directeur conclut son propos ainsi : « Le mot de la fin revient peut-être à un internaute plein de malice : "Eh oui si on veut avoir des journalistes à son mariage, il faut bien qu'ils apprennent leur métier... ».

Avec de tels exercices, on imagine mal comment les jeunes journalistes pourront se différencier de leurs aînés, sur le traitement de la manif pour tous, par exemple.

Le même jour, sur la même page facebook, l'IFP postait un article intitulé « Raconter sans céder à la fascination ». Est-ce valable pour tous les sujets ?

Source : Le Huffigton Post - crédit photo : szazesk2 via sxc (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This