Accueil | Actualités | Médias | Comment TF1 veut refondre ses sites d’infos
Pub­lié le 23 septembre 2015 | Éti­quettes :

Comment TF1 veut refondre ses sites d’infos

Après l'arrêt des éditions papiers de Metronews en juillet, la chaîne compte refondre son offre numérique à partir du site de l'ancien quotidien gratuit.

D'ici octobre, la soixantaine de salariés (sur 100) de Metronews, concernés par le plan social mis en œuvre avant l'été, aura quitté le quotidien gratuit. Commerciaux et employés de la logistique seront licenciés deux mois après l'arrêt des éditions « papier » du journal. Les secrétaires de rédaction mais aussi quelques journalistes sont également sur le départ. Seuls resteront en fonctions les rédacteurs et les publicitaires sur le web. Metronews.fr reste le seul support survivant de l'épopée Métro démarrée en 2002. Le site devrait même servir de colonne vertébrale au futur dispositif d'information numérique de TF1, propriétaire de Metronews.

Le scénario probable, auquel réfléchissent les patrons du digital de la chaîne, est une fusion entre Mytf1news, le site d'information actuel de TF1 et Metronews. Cette dernière devrait être effectuée fin 2015. Si le nouvel ensemble numérique prendra une appellation différente des deux marques actuelles, la rédaction en chef de Metronews le pilotera. Bien plus nombreux que ceux de Mytf1news (moins d'une dizaine), ses journalistes formeront l'essentiel des troupes du nouveau site.

Cette future offre, gratuite, est avant tout conçue comme un accélérateur de rentrées publicitaires digitales pour TF1. L'audience réunie des deux sites actuels avoisinera les huit millions de visiteurs uniques. De quoi propulser la chaîne dans le peloton de tête des sites français d'information, occupé par Le Figaro et Le Monde.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux