Accueil | Actualités | Médias | Comment TF1 veut refondre ses sites d’infos
Pub­lié le 23 septembre 2015 | Éti­quettes :

Comment TF1 veut refondre ses sites d’infos

Après l'arrêt des éditions papiers de Metronews en juillet, la chaîne compte refondre son offre numérique à partir du site de l'ancien quotidien gratuit.

D'ici octobre, la soixantaine de salariés (sur 100) de Metronews, concernés par le plan social mis en œuvre avant l'été, aura quitté le quotidien gratuit. Commerciaux et employés de la logistique seront licenciés deux mois après l'arrêt des éditions « papier » du journal. Les secrétaires de rédaction mais aussi quelques journalistes sont également sur le départ. Seuls resteront en fonctions les rédacteurs et les publicitaires sur le web. Metronews.fr reste le seul support survivant de l'épopée Métro démarrée en 2002. Le site devrait même servir de colonne vertébrale au futur dispositif d'information numérique de TF1, propriétaire de Metronews.

Le scénario probable, auquel réfléchissent les patrons du digital de la chaîne, est une fusion entre Mytf1news, le site d'information actuel de TF1 et Metronews. Cette dernière devrait être effectuée fin 2015. Si le nouvel ensemble numérique prendra une appellation différente des deux marques actuelles, la rédaction en chef de Metronews le pilotera. Bien plus nombreux que ceux de Mytf1news (moins d'une dizaine), ses journalistes formeront l'essentiel des troupes du nouveau site.

Cette future offre, gratuite, est avant tout conçue comme un accélérateur de rentrées publicitaires digitales pour TF1. L'audience réunie des deux sites actuels avoisinera les huit millions de visiteurs uniques. De quoi propulser la chaîne dans le peloton de tête des sites français d'information, occupé par Le Figaro et Le Monde.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This