Accueil | Actualités | Médias | Charb : « Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze »
Pub­lié le 14 avril 2015 | Éti­quettes : , , , , ,

Charb : « Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze »

Dans un long dossier, le journal « alternatif » Article 11 revient sur l'attaque qui a frappé Charlie Hebdo le 7 janvier dernier.

À cette occasion, le journaliste Serge Quadruppani évoque un article de Paris Match daté de décembre 2004 dans lequel le dessinateur Charb s'en prend à son propre journal... avec une étonnante déclaration à la clé. Ainsi peut-on lire ceci : « En vingt-cinq ans, ‘Charlie‘ est passé de la gauche à la droite. Plus les années s’écoulent, plus je me rends compte que dessiner ne sert à rien. Mieux vaut s’armer d’une kalachnikov. Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze. »

Suite à cette révélation surprenante sortie tout droit des archives de la presse, Serge Quadruppani a été contacté par Les Inrocks et estime que cette parole traduit « un moment de lucidité ou de folie, je ne sais pas ».

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Wolinski suite à l'incendie des locaux du journal satirique en 2011. « Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C’est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d’années même, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous. Il fallait pas le faire », aurait déclaré le dessinateur, selon son confrère Defeil de Ton.

Crédit phot : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This