Accueil | Actualités | Médias | Charb : « Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze »
Pub­lié le 14 avril 2015 | Éti­quettes : , , , , ,

Charb : « Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze »

Dans un long dossier, le journal « alternatif » Article 11 revient sur l'attaque qui a frappé Charlie Hebdo le 7 janvier dernier.

À cette occasion, le journaliste Serge Quadruppani évoque un article de Paris Match daté de décembre 2004 dans lequel le dessinateur Charb s'en prend à son propre journal... avec une étonnante déclaration à la clé. Ainsi peut-on lire ceci : « En vingt-cinq ans, ‘Charlie‘ est passé de la gauche à la droite. Plus les années s’écoulent, plus je me rends compte que dessiner ne sert à rien. Mieux vaut s’armer d’une kalachnikov. Si je n’avais pas été dessinateur, j’aurais été kamikaze. »

Suite à cette révélation surprenante sortie tout droit des archives de la presse, Serge Quadruppani a été contacté par Les Inrocks et estime que cette parole traduit « un moment de lucidité ou de folie, je ne sais pas ».

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Wolinski suite à l'incendie des locaux du journal satirique en 2011. « Je crois que nous sommes des inconscients et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C’est tout. On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d’années même, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous. Il fallait pas le faire », aurait déclaré le dessinateur, selon son confrère Defeil de Ton.

Crédit phot : DR

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux