Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Censure au Parisien ?

14 mars 2016

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Censure au Parisien ?

Censure au Parisien ?

C’est ce que dénoncent les syndicats et la Société des Journalistes du quotidien, propriété de Bernard Arnault.

En cause : une chronique, ou plus exacte­ment, une absence de chronique du film Mer­ci Patron !, qui « racon­te la lutte d’une famille, les Klur, licen­ciés d’une fil­iale du groupe LVMH, qui cherchent à obtenir répa­ra­tion avec l’aide du réal­isa­teur ».

« Ordre a été don­né aux con­frères du ser­vice cul­ture-spec­ta­cle qui avaient vision­né le long métrage de ne pas le chroni­quer, fût-ce en dix lignes, racon­tent les syn­di­cats dans Libéra­tion. De même a été repoussée plus tard une propo­si­tion de sujet du ser­vice poli­tique sur le buzz sus­cité à gauche par le film sous pré­texte qu’il s’agissait “d’un sujet mil­i­tant”, “et qu’il y avait d’autres sujets pri­or­i­taires ce jour-là ».

Réponse du directeur de la rédac­tion, Stéphane Albouy : « c’est mon choix, un arbi­trage comme j’en fais des dizaines d’autres».

Cela n’a pas con­va­in­cu les syn­di­cats qui, dans un com­mu­niqué, esti­ment que « c’est un acte de cen­sure qui a été posé. Ou plus pré­cisé­ment d’auto cen­sure ». Et de s’interroger « demain sera-t-il impos­si­ble de par­ler d’une mar­que appar­tenant à LVMH ou de Bernard Arnault autrement qu’en ter­mes lau­da­teurs ? Aura-t-on le choix entre louange bien dosée ou silence hon­teux ? »

Inter­rogé par L’Obs, Olivi­er Cor­san, délégué syn­di­cal du SNJ au Parisien estime que cette affaire « pose une vraie ques­tion quand le film par­le directe­ment du nou­veau grand action­naire du Parisien. La direc­tion s’est défaussée sur ce sujet-là. On était atten­dus, et on n’a pas fait notre tra­vail de jour­nal­iste ».

Source : Libéra­tion

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.