A la une
Le plus vieux journal du monde passe au tout-numérique

Le plus vieux journal du monde passe au tout-numérique

Télécharger en PDF

Le symbole en vaut la chandelle : le plus vieux journal papier du monde encore édité à ce jour va passer au tout-numérique.

Il s’agit de la Lloyd’s List, quotidien économique d’information sur le commerce maritime, imprimé sans interruption depuis… 1734 ! À l’origine, l’histoire commence dans un café de Londres, tenu par Edward Lloyd. On y parle mer, bateaux et commerce. On y organise également des ventes aux enchères de bateaux et marchandises.

Pour attirer les clients, le café va, pour la première fois le 4 octobre 1696, imprimer une lettre d’information qui sera placardée sur ses murs : la Lloyd’s News. « Cette lettre d’information sera publiée sur du bon papier, avec une marge suffisante pour que tous les gentlemen puissent écrire sur leur propre business », pouvait-on alors y lire.

Ensuite, la lettre se transforme en journal, la Lloyd’s List, qui paraît tous les mardis avant de devenir quotidienne. La source des informations du journal ? Un grand livre où chacun, de passage dans le café, pouvait y écrire ses nouvelles de la mer. Ce livre devient vite une source très sérieuse et de qualité. Le journalisme participatif est né…

Aujourd’hui, la Lloyd’s List vit toujours et est même en bonne santé : 16 000 abonnés pour un coût d’abonnement annuel de 2 100 euros. Présent sur Internet, smartphones et tablettes, le journal poursuivait l’impression de son édition papier.

Alors pourquoi ce passage au tout-numérique ? Une enquête clients réalisée en juin révélait que 97% des lecteurs déclaraient préférer s’informer en ligne quand seuls 2% continuaient à consulter Lloyd’s List uniquement sur papier… Le choix a donc été vite fait.

Le journal passera tout au tout-numérique à partir du 20 décembre, après 279 ans d’aventure imprimée.

Crédit photo : DR

Vous appréciez le travail de l'OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !

Aidez l'Ojim à se développer ! Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d'une journée de publication.
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d'un portrait.
En donnant 200 euros vous financez un dossier.
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris.
Le petit cochon de l'Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.
Claude Chollet
Président de l'OJIM

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal

Vous trouverez ci-dessous notre IBAN :
FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 bd de la Bastille 75012 Paris.

Abonnez-vous à la newsletter de l'Ojim, cliquez ici.

Voir les portraits de l'Ojim

Retrouvez l'Ojim sur Facebook