Accueil | Actualités | Médias | Vers la fin des commentaires sur les sites d’info ?
Pub­lié le 8 décembre 2014 | Éti­quettes :

Vers la fin des commentaires sur les sites d’info ?

Outre-Atlantique, de plus en plus de sites d'information suppriment la possibilité pour les utilisateurs de commenter les articles sur le site.

Re/Code, un site sur les nouvelles technologies, a par exemple retiré les commentaires de ses articles la semaine dernière. « On y a longuement réfléchi, puisqu’on accorde de l’importance au point de vue du lecteur. Mais les réseaux sociaux ont continué à croître, et c’est de plus en plus souvent là qu’a lieu l’essentiel des discussions sur nos articles, ce qui rend les commentaires sur le site de moins en moins utiles », expliquait-il.

Et Re/Code est loin d'être le seul à avoir choisi cette voie. En septembre 2013 déjà, le site Popular Science faisait de même, tout comme le site du Pacific Standard, le tout pour les mêmes raisons que Re/Code. Début novembre, le site de Reuteurs a décidé de ne conserver les commentaires que sous les blogs et les tribunes.

Officiellement, ces derniers expliquent ainsi que le débat est plus légitime sur les réseaux sociaux et qu'il n'a plus sa place sur les sites. En réalité, les raisons sont au moins autant, sinon plus, d'ordre financier. « Une bonne modération des commentaires a un coût : en temps si on fait ça en interne, ou en argent si la modération est sous-traitée » (souvent à l'étranger, NDLR), explique Pascal Riché, cofondateur de Rue89 et aujourd’hui directeur adjoint de l’Obs.

Tant pis pour les commentaires pertinents, de plus en plus rares et noyés dans un flot de spams, d'insultes ou de « trolling ». « Nous nous sommes engagés à promouvoir un débat intellectuel vivant, comme nous nous sommes engagés à porter la bonne parole scientifique le plus loin possible. Le problème, c’est quand les trolls et les robots spammeurs submergent le premier, ils diminuent notre capacité à faire le second », avait d'ailleurs expliqué Popular Science suite à l'annonce de sa décision.

En France cependant, les éditeurs ne semblent pas prêts à retirer les commentaires de leur site. Pour le moment.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux