Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une nouvelle école d’initiation au journalisme, L’Institut Libre de Journalisme

8 septembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une nouvelle école d’initiation au journalisme, L’Institut Libre de Journalisme

Une nouvelle école d’initiation au journalisme, L’Institut Libre de Journalisme

Au moment où 75% des français n’ont pas confiance dans les médias officiels, les 14 écoles de journalisme reconnues sont toutes dans un moule idéologique quasi identique comme nous le disent les étudiants que nous côtoyons à l’Observatoire.

Une même pen­sée con­forme règne dans le corps enseignant comme chez la grande majorité des élèves. La créa­tion d’un Insti­tut Libre de Jour­nal­isme con­stitue une ini­tia­tive intéres­sante pour intro­duire un peu de plu­ral­isme dans une pro­fes­sion large­ment (avec de bril­lantes excep­tions) con­formiste. La pre­mière pro­mo­tion lim­itée à 10 élèves per­me­t­tra à ceux ci d’avoir une pre­mière idée de leur futur méti­er, pour se diriger ensuite – mieux armés – vers une pré­pa ou un cur­sus clas­sique. Nous repro­duisons ci-dessous une par­tie du com­mu­niqué annonçant cette créa­tion. Les can­di­dats ont encore quelques jours pour envoy­er leur dossier.

L’Institut Libre de Journalisme part d’un constat :

Le jour­nal­isme est une voie trop longtemps délais­sée par la jeunesse pour­tant fière de son pays et de ses atouts : sen­ti­ment de ne pas être dans le moule, de penser trop dif­férem­ment pour y réus­sir, peur de devoir se renier pour pro­gress­er, en somme de ne pas y trou­ver sa place. Heureuse­ment, la nou­velle généra­tion, con­sciente de l’importance de la trans­mis­sion, aspire à réin­ve­stir le champ jour­nal­is­tique. Un renou­veau est pos­si­ble à con­di­tion de se don­ner les moyens de faire naître des voca­tions et d’accompagner des pro­fils de bonne volon­té ayant le souci du bien com­mun.

Quelle est l’ambition de l’ILDJ ?

Dis­penser une for­ma­tion au jour­nal­isme ancrée dans le réel ; faciliter l’intégration de ses élèves dans les rédac­tions par l’accès à un réseau de jour­nal­istes ; sus­citer des voca­tions au jour­nal­isme.

Qu’enseigne l’ILDJ ?

Les tech­niques du jour­nal­isme (presse écrite, web, radio, vidéo) ; le fonc­tion­nement des médias de l’intérieur.

Quel est le programme de la formation ?

Dis­pen­sée par des pro­fes­sion­nels des médias, la for­ma­tion s’étale sur 6 week-ends d’octobre 2018 à juin 2019 :

  • 1 week-end Décou­verte du monde du jour­nal­isme (mul­ti­mé­dia)
    Mod­ules : le méti­er de jour­nal­iste, fonc­tion­nement des médias, panora­ma de la presse, tech­niques d’écritures jour­nal­is­tiques mul­ti­mé­dias, entraîne­ment média (Radio & TV).
  • 4 week-ends Tech­niques Jour­nal­is­tiques
  • 1 week-end Presse écrite
  • 1 week-end Radios, Web radios & Pod­casts
  • 1 week-end Vidéos & Images
  • 1 week-end Web & Réseaux soci­aux
  • 1 week-end en con­di­tions de rédac­tion

Val­i­da­tion des acquis à tra­vers un week-end d’exercices.

Quels sont les atouts de la formation ?

Une for­ma­tion opéra­tionnelle pour faciliter l’insertion pro­fes­sion­nelle ; un nom­bre lim­ité d’élèves (10 max­i­mum) pour per­me­t­tre une pro­gres­sion rapi­de ; une ving­taine de jour­nal­istes pro­fes­sion­nels de la presse écrite nationale et régionale, du web, de la radio et de la télévi­sion mobil­isés pour pro­pos­er un suivi per­son­nal­isé ; un accès à un réseau de jour­nal­istes pour aider à se lancer dans le méti­er (stages, piges, con­trats) ; une for­ma­tion dis­pen­sée sur 6 week-ends pour être com­pat­i­ble avec une activ­ité étu­di­ante ou pro­fes­sion­nelle ; un prix abor­d­able (200 € les 6 week-ends) pour que les frais de sco­lar­ité ne soient pas un obsta­cle à la par­tic­i­pa­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.