Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une charte pour « lutter contre l’homophobie » signée par plusieurs rédactions

17 mai 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une charte pour « lutter contre l’homophobie » signée par plusieurs rédactions

Une charte pour « lutter contre l’homophobie » signée par plusieurs rédactions

À l’occasion de la « Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie » célébrée le dimanche 17 mai, des quotidiens, des radios et des sites internet ont signé une « charte contre l’homophobie » rédigée par l’association des journalistes LGBT et publiée vendredi dans Libération.

Les jour­nal­istes com­men­cent par annon­cer qu’ils peu­vent, à l’occasion de cette journée spé­ciale, choisir de « relay­er un peu, beau­coup, pas du tout –selon la sen­si­bil­ité de nos rédac­tions- les actions menées ce jour-là par les mil­i­tants et les asso­ci­a­tions. Insis­ter sur le nom­bre élevé, encore plus depuis les défilés de la “Manif pour tous”, d’actes homo­phobes com­mis con­tre celles et con­tre ceux qui inter­ro­gent les représen­ta­tions de genre et n’inscrivent pas leur ori­en­ta­tion sex­uelle dans la tra­di­tion hétéro­sex­uelle », mais cela ne les sat­is­fait vis­i­ble­ment pas. Ils souhait­ent en effet à présent en faire « davan­tage pour éclair­er les con­sciences ». « Bien sûr, nous sommes libres et indépen­dants, mais nous avons égale­ment une respon­s­abil­ité vis-à-vis de nos lecteurs, de nos audi­teurs, de nos téléspec­ta­teurs », con­tin­u­ent les sig­nataires qui pro­posent ain­si aux médias de rat­i­fi­er leur charte con­sacrée au traite­ment des sujets LGBT.

Les sig­nataires s’engagent ain­si à « respecter cinq grands principes afin de garan­tir à l’ensemble du pub­lic une infor­ma­tion de qual­ité, com­plète, libre et indépen­dant.

  1. Traiter de manière égale homo­sex­uels, bisex­uels et hétéro­sex­uels (en inclu­ant les familles homo­parentales dans les sujets sur la ren­trée sco­laire, les vacances ou la garde des enfants)
  2. Veiller à un traite­ment juste et respectueux des per­son­nes trans (en évi­tant le sen­sa­tion­nal­isme de la trans­for­ma­tion physique qui occulte les dis­crim­i­na­tions sociales à l’emploi […] )
  3. Ren­dre compte de la diver­sité des com­mu­nautés les­bi­ennes, gays, bis et trans […]
  4. Respecter l’ensemble des lecteurs, des audi­teurs et des téléspec­ta­teurs (en prê­tant atten­tion aux remar­ques des asso­ci­a­tions LGBT lorsque celles-ci esti­ment un con­tenu prob­lé­ma­tique)
  5. Prévenir en leur sein toute forme de dis­crim­i­na­tion basée sur l’orientation sex­uelle et l’identité de genre».

Heureuse­ment que les jour­nal­istes auteurs de la charte pré­cisent à plusieurs repris­es qu’ils sont « libres et indépen­dants », les cinq dik­tats mil­i­tants auraient pu laiss­er enten­dre le con­traire !

Le Monde, L’Équipe, Libéra­tion, Les Inrock­upt­ibles, Slate, Médi­a­part, Rue 89, Alter­mon­des, Bas­ta !, Soci­ety, So Foot, Doo-lit­tle, Pédale !, radio Nova, Ouï FM, Yagg, Têtu, Well Well Well, Snatch, Styl­ist, Neon, Street­press, Alter­na­tives économiques, AlterE­coPlus, Brain Mag­a­zine, les Nou­velles News, Pure­me­dias, Purepeo­ple ont d’ores et déjà signé cette charte.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).