Accueil | Actualités | Médias | Un reporter d’ERTV malmené par la garde rapprochée de Besancenot
Pub­lié le 18 mai 2015 | Éti­quettes :

Un reporter d’ERTV malmené par la garde rapprochée de Besancenot

Le 12 mai au cinéma Mk2 Hautefeuille, dans le sixième arrondissement de Paris, était diffusé le film documentaire « On est vivants », réalisé par Carmen Castillo et traitant du militantisme de gauche.

Étaient présents plusieurs figures de l'extrême-gauche tels que Daniel Mermet, Edwy Plenel, Alain Krivine ou encore Olivier Besancenot. Interrogé par un reporter d'ERTV (Égalité & Réconciliation TV) à la sortie de la diffusion, l'ancien porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) s'est vite montré assez gêné par les questions de son interlocuteur.

Domination américaine, nationalisme sud-américain, Hugo Chavez... Besancenot a préféré s'esquiver au bout de quelques minutes pour aller rejoindre sa garde rapprochée et leur glisser quelques mots.

La suite ? Le reporter d'ERTV, qui n'avait fait que poser des questions sans agressivité, a été éloigné manu militari du cinéma par les gros bras de l'ancien candidat à la présidentielle, avant d'être menacé et même d'encaisser un coup de casque par le « chauffeur » de Besancenot.

Quant à ce dernier, il est resté sagement en marge de la scène, laissant son garde du corps « montrer (au) reporter la conception du dialogue et du débat démocratique émanant du groupuscule trotskiste », note ER.

Une plainte a été déposée contre l'agresseur. La vidéo sera là pour appuyer son témoignage.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This