Accueil | Actualités | Médias | Un policier britannique a fiché les acheteurs de Charlie Hebdo
Pub­lié le 16 février 2015 | Éti­quettes : ,

Un policier britannique a fiché les acheteurs de Charlie Hebdo

Pour un policier anglais, acheter Charlie Hebdo est-il un acte suspect ? Selon le Guardian, un policier du comté de Wiltshire, dans le sud du pays, a en effet demandé à un kiosquier de la ville de Corsham de lui fournir les noms des personnes qui s’étaient procuré le « numéro des survivants ».

Anne Keat, 77 ans, a ainsi appris par son vendeur de journaux qu'elle était désormais fichée par la police. Celle-ci a donc directement informé le grand quotidien anglais, qui rapporte l'information. Une fois l'information divulguée, la police britannique s'est retrouvée bien embarrassée.

Par l'intermédiaire d'une porte-parole, elle s'est excusée auprès « des personnes qui auraient pu se sentir affectées ». « Après les attentats à Paris le 7 janvier 2015, la police de Wiltshire a souhaité évaluer les tensions entre communautés dans le comté. Dans ce cadre, il a été demandé aux équipes locales de prêter attention aux commerces, notamment les kiosques qui auraient pu distribuer l’hebdomadaire Charlie Hebdo, en considérant ces commerces comme vulnérables », explique la police.

Et d'expliquer que la visite du policier dans ce kiosque aurait été faite dans le but d'« inciter le kiosquier à la vigilance »... La porte-parole a par ailleurs assuré que toutes les données recueillies seraient effacées des fichiers de la police.

Crédit photo : TrevorLowe via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This