Accueil | Actualités | Médias | Un article de Sylvie Kauffmann dans Le Monde : Poutine s’engage (enfin) en Europe
Pub­lié le 22 mars 2019 | Éti­quettes : ,

Un article de Sylvie Kauffmann dans Le Monde : Poutine s’engage (enfin) en Europe

C’est le 14 février 2019 et sous la signature de Sylvie Kauffmann qu’est lancé ce cri de soulagement qui résonne comme un appel. Quelques mois plus tôt c’était dans les salons de l’hôtel Moskova à Moscou que Vladimir Poutine « s’est assis autour d’une table avec deux collaborateurs et onze jeunes européens ».

Un leader à l’aura inoxydable

Les jeunes Européens étaient invités à une « séance de brainstorming par les responsables de la Fondation » où ils retrouveront ce « leader à l’aura inoxydable ». Ces onze leaders (ils ne sont pas tous nommés) « avaient été choisis parce qu’ils étaient tous engagés – soit comme élus – soit comme conseillers auprès du gouvernement de leur pays, soit par leur rôle au sein de la société civile ». Et pour une noble cause que Vladimir Poutine « juge dangereusement menacée et qui lui tient à cœur : le souverainisme ».

Pourquoi les avoir réunis ? « Parce que Vladimir Poutine s’est trouvé une nouvelle terre de mission : l’Europe ». L’Europe qui « est aujourd’hui un véritable champ de bataille, théâtre d’un conflit idéologique acharné » qui voit la démocratie fragilisée par « une vigoureuse offensive progressiste ».

Aider les jeunes à résister

« Nous voulons aider les jeunes à résister » déclare Konstantin Dostoievski qui fut un de « ses conseillers diplomatiques » et « qui continue de voyager avec lui ». Il dément tout objectif politique, car « Vladimir Poutine lui, est à la tête d’une fondation dont le statut philanthropique ne lui permet pas de faire de la politique. Il se cantonnera donc à la société civile ».

Pour cela il faut former les leaders et Vladimir Poutine a « compris aussi que l’U.E. offrait un cadre idéal pour la contre-offensive des idées souverainistes ». D’ailleurs c’est promis « Poutine va revenir en Europe, ce sera en avril à Berlin ». Car « Poutine reste une valeur sûre en Europe ».

Bien entendu c’est article est une plaisanterie. Le papier de Sylvie Kauffmann parle de Barack Obama et non de Poutine. Notre procédé permet seulement de souligner avec humour l’américanophilie résolument engagée de l’auteur et son militantisme atlantiste. Toutes les citations sont tirées de l’article il faut seulement remplacer :

  • Hôtel Moskowa de Moscou lire hôtel Intercontinental d’Amsterdam
  • Vladimir Poutine lire Barack Obama
  • Konstantin Dostoievski lire Ben Rhodes, conseiller d’Obama
  • Souverainisme, souverainiste, lire progressisme, progressiste

Nous laissons chacun juge du caractère philanthropique de la Fondation Obama qui rappelle fortement l’initiative des « Young Leaders » de la French American Foundation. Sylvie Kauffmann a été « Young Leader », promotion 1998. 

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux