Accueil | Actualités | Médias | Un ancien de Charlie dénonce la « surenchère » de Charb
Pub­lié le 18 janvier 2015 | Éti­quettes : , , ,

Un ancien de Charlie dénonce la « surenchère » de Charb

Après l'apparente unité nationale et journalistique suite à la mort des dessinateurs de Charlie Hebdo, les lignes commencent à s'effriter.

Dans L'Obs, Delfeil de Ton, dessinateur de l'hebdomadaire, revient sur ses souvenirs de ses anciens camarades. Mais autant dire que cet ancien de Hara-Kiri et cofondateur de Charlie n'a pas choisi de faire dans le consensuel mielleux.

« Je sais, ça ne se fait pas », prévient-il d'entrée. Car ce qu'il a à dire au sujet de Charb ne risque pas de plaire à tout le monde. S'il reconnaît qu'il fut « un gars épatant », il était également « une tête de lard ». Et Delfeil de lui reprocher d'avoir renchéri lors de la deuxième affaire des caricatures de Mahomet, en 2011 : « Il était le chef. Quel besoin a-t-il eu d'entraîner l'équipe dans la surenchère ? »

Et de rappeler qu'il avait, par cette provocation, « fait mettre en état de siège » les ambassades françaises dans les pays musulmans et fait « déployer toutes nos polices dans nos villes ». « Il fallait pas le faire mais Charb l'a refait », regrette-t-il avant de s'en prendre à la caricature de Mahomet publiée en septembre 2012, où l'on voyait le prophète de l'islam nu, à quatre pattes avec une étoile sur l'anus. « Tournez-le dans tous les sens, en quoi est-ce drôle, spirituel ? », s'interroge-t-il.

Furieux de cette publication à contre-courant de l'émotion générale, Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, a envoyé à Matthieu Pigasse, actionnaire de L'Obs, un texto incendiaire où il décrit son « immense déception » et dénonce « un papier polémique et fielleux » publié alors que « Charb n'est pas encore enterré ».

Patron de L'Obs, Matthieu Croissandeau a, de son côté, assumé cette décision. « Dans un numéro sur la liberté d'expression, il m'aurait semblé gênant de censurer une voix, quand bien même elle serait discordante. D'autant qu'il s'agit de la voix d'un des pionniers de cette bande », s'est-il justifié.

Voir notre infographie de Matthieu Pigasse

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux