Accueil | Actualités | Médias | The investigative journal : un nouveau site de reportages
Pub­lié le 23 septembre 2019 | Éti­quettes : , , ,

The investigative journal : un nouveau site de reportages

À l'été 2018, un nouveau site anglophone et gratuit de reportages a vu le jour : The investigative journal. Financé par Yousri Ishaq et dirigé par la rédactrice en chef Jane Cahane, le site propose des reportages approfondis et décoiffants sur divers sujets.

L’ambition du site anglais est de proposer des reportages sur des thèmes environnementaux, politiques et sociaux du moment. Il s’appuie pour cela sur une équipe de 9 personnes composée de pigistes et de collaborateurs à plein temps.

Repartage sur l’islamisme en France

Pour n’en citer que deux, un article fouillé intitulé « La lutte contre la radicalisation islamiste en France » nous mène à la fête annuelle des musulmans de France au Parc des expositions du Bourget. La parole est ensuite donnée à des personnalités que l’on ne peut pas accuser de complaisance avec l’islamisme : Mohamed Louizi, un ancien frère musulman, et Zineb El Rhazoui, l’ancienne journaliste de Charlie hebdo, qui a échappé à l’attentat qui a décimé la rédaction du journal satirique en 2015. Le reporter donne également la parole à l’auteur d’un rapport de l’institut Montaigne sur l’islam en France, Hakim El Karoui. Le pluralisme est de mise, on regrettera toutefois l’insuffisance de données chiffrées sur le phénomène de la radicalisation islamiste en France, pourtant disponibles dans les nombreux rapports parlementaires réalisés à ce sujet.

Et immigration illégale

Un autre reportage nous emmène sur les routes de l’immigration illégale en Libye. On y apprend notamment que des groupes terroristes transfrontaliers « contribuent à la traite des clandestins, qui constituent une source de profit pour eux ». Interrogé par le reporter, Wolfgang Pusztai, un colonel autrichien, analyste des politiques et de la sécurité et président du conseil consultatif du Conseil national sur les relations américano-libyennes affirme : « Il existe de fortes preuves que des groupes terroristes, tels que l'État islamique (Daesh) et les organisations Al-Qaïda au Maghreb islamique, gagnent de l'argent en extorquant des convois de migrants sous prétexte de les protéger ».

Les ONG complices

Un constat pour le moins accablant pour le gouvernement français, à la fois engagé en Afrique contre les terroristes islamistes, et toujours volontaire pour accueillir des clandestins arrivant par bateaux en Italie. Ce qui contribue donc indirectement selon le reportage et le témoignage du colonel autrichien à alimenter les réseaux factieux en Afrique…

Le jugement du colonel autrichien est sévère pour les « progressistes » facilitant l’accueil des clandestins débarqués des bateaux des ONG sur les côtes italiennes : « tant que des navires non gouvernementaux resteront perchés au large des côtes libyennes, les trafiquants d'êtres humains continueront à envoyer des migrants par des bateaux plus petits ».

D’autres articles tout aussi intéressants (sur le soutien de la Turquie à des terroristes pénétrant en Syrie, sur la censure des journalistes au Pakistan) sont disponibles sur le site. La traduction proposée par les moteurs de recherche permet de les lire en français. Reste maintenant au site de reportages à trouver un modèle économique viable, afin d’assurer sa pérennité.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This