Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
SEJMLOG : un portail polonais alimenté par ses lecteurs

19 mars 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | SEJMLOG : un portail polonais alimenté par ses lecteurs

SEJMLOG : un portail polonais alimenté par ses lecteurs

Un média rédigé en majorité par des lecteurs bénévoles, la recherche raisonnée de la réalité des faits exposés, la comparaison systématique des déclarations/prises de position avec celles faites dans le passé, une communauté de plus de 150000 lecteurs/contributeurs et plusieurs millions de vues par semaine, c’est un rêve pour un média en ligne. C’est la réalité du portail polonais SEJMLOG. Rencontre à Varsovie avec son fondateur Damian Malecki.

Ojim : Damian, qui êtes vous ?

Dami­an Malec­ki :  Je me con­sid­ère comme un répub­li­cain rationnel, je veux dire que dans une République le pays appar­tient à ses citoyens. Je suis active­ment l’activité poli­tique en Pologne depuis 2012/2013 bien que vivant à l’époque par­tielle­ment en Irlande. Ma devise : « Soyez un homme avec des valeurs plus qu’un homme à suc­cès. Celui qui a des valeurs donne plus qu’il ne reçoit ». Je suis à l’origine de l’initiative Sejm­log et de sa Fon­da­tion.

Quelle est l’idée originelle de votre portail ?

Le début est tout sim­ple : en 2012 je décide de ne plus met­tre de com­men­taires poli­tiques sur ma page per­son­nelle Face­book et de créer une page spé­ci­fique sur la poli­tique. Au bout d’un an plusieurs dizaines de mil­liers de per­son­nes suiv­aient cette page, et les posts étaient repris plusieurs cen­taines de mil­liers de fois. Tout ceci sans dépenser un sou. En 2015, année des élec­tions en Pologne, nous avons réu­ni plus de 120000 con­tacts sur Face­book et avons décidé de lancer notre pro­pre site.

C’est à ce moment que j’ai réal­isé que les con­tri­bu­tions anonymes n’étaient plus pos­si­bles. Nous avons com­pris qu’il y avait un besoin pour un jour­nal­isme de vérité, véri­fié, sour­cé, basé sur l’honnêteté. Et surtout par­tant d’une ini­tia­tive du bas vers le haut, sans liens avec les par­tis poli­tiques. Ceci ne veut pas dire que nous n’avons pas nos pro­pres points de vue poli­tiques et nous sommes plus con­ser­va­teurs que libéraux.

En 2015 j’ai réu­ni une petite équipe de jour­nal­istes, d’avocats, de développeurs , de graphistes et nous avons réal­isé le pro­jet Sejm­log. Nous avons com­pris que si la poli­tique con­cerne tout le monde, tout le monde ne s’intéresse pas à la poli­tique. Nous avons décidé de nous con­cen­tr­er sur une cible que nous esti­mons à 300000 per­son­nes en Pologne. Des per­son­nes qui ont le temps, la volon­té de suiv­re la poli­tique pour pro­duire leur pro­pre infor­ma­tion sans pro­pa­gande.

Nous four­nissons des out­ils qui fusion­nent réseaux soci­aux, nou­velles, sondages, web télévi­sions. Nos usagers par­ticipent active­ment à la recherche de sources, à la véri­fi­ca­tion des faits, à la mise en forme de l’information. Les util­isa­teurs gag­nent des « points d’attention » qui leur don­nent plus de vis­i­bil­ité auprès de leurs pairs ou des hommes poli­tiques. Nous voulons que nos util­isa­teurs devi­en­nent des lead­ers d’opinion et nous leur don­nons les out­ils néces­saires pour cela.

Succès et difficultés ?

Nous n’avons aucune pub­lic­ité, aucuns finance­ments autres que ceux de nos util­isa­teurs. Nous avons établi une Fon­da­tion qui nous per­met de recevoir de l’argent des util­isa­teurs. Mal­gré tout nous avons réus­si à créer des out­ils qui ont per­mis d’éliminer les faux comptes qui pul­lu­lent sur les réseaux soci­aux. Nous avons réus­si à mobilis­er une com­mu­nauté de pro­fes­sion­nels qui tra­vail­lent gra­tu­ite­ment pour nous. Nous avons des développeurs (payés nor­male­ment plusieurs cen­taines d’euros de l’heure) qui tra­vail­lent pro bono pour nous la nuit. Il en est de même pour les avo­cats et d’autres spé­cial­istes.

Nous con­sid­érons que nous sommes encore en péri­ode de développe­ment, alors que les médias main­stream con­nais­sent notre exis­tence et ont choisi de nous ignor­er. Nous avons appris qu’il est facile d’obtenir des « suiveurs » mais beau­coup plus dif­fi­cile de faire pay­er les gens pour un pro­duit qui au départ est gra­tu­it. Cent cinquante mille per­son­nes par­ticipent active­ment au por­tail et nos infor­ma­tions sont dif­fusées par mil­lions. En dépen­sant à ce jour seule­ment quelques mil­liers d’euros. Je ne peux pas vous dire où nous serons dans deux ans mais je suis cer­tain que nous aurons fait du chemin.

Pensez vous qu’un portail identique pourrait être répliqué à l’étranger ?

Réponse courte : OUI. Il y a de réelles dif­férences entre les nations mais les prob­lèmes aux­quels sont con­fron­tés ceux qui sont intéressés à la poli­tique et aux médias sont assez sim­i­laire. L’idée de base est de par­tir de la base vers le som­met et d’être indépen­dant. Les mod­ules con­stru­its et testés dans un pays pour­raient être adap­tés et lancés dans un autre.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision