Accueil | Actualités | Médias | Quel avenir pour les Pure Players d’information ?
Pub­lié le 26 novembre 2012 | Éti­quettes : ,

Quel avenir pour les Pure Players d’information ?

Une étude du Reuters institute for the study of journalism de l'université d'Oxford vient de paraître au sujet des pure players d'information en France, en Allemagne et en Italie. Le cabinet de conseil en communication Seprem en tire plusieurs enseignements.

Ces journaux en ligne sont désormais « de véritables médias d'influence », mais limités par leur manque de moyens et leur absence de « modèle économique convaincant ».

Leur avenir est donc « plus qu'incertain », excepté pour « ceux qui réussiront à se faire épouser par un " vieux média "riche ».

Notons que les pure players d'information français se distinguent par « l'inventivité dont ont fait preuve ces nouveaux éditeurs en matière de modèles économiques ».

Sources : Matière à réflexion by Seprem / Reuters institute for the study of journalism

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This