Accueil | Actualité de l'Ojim | Presstalis décortiqué : dossier à paraître vendredi
Pub­lié le 12 mars 2013 | Éti­quettes :

Presstalis décortiqué : dossier à paraître vendredi

Les patrons du syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN) tirent la sonnette d’alarme.

Pour peser sur le plan de restructuration qui prévoit la suppression de 1250 sur 2500, les salariés de Presstalis ont débrayé une trentaine de fois depuis octobre 2012 « faisant peser un risque insoutenable sur les 30 000 marchands de journaux répartis sur le territoire » et « fragilisant considérablement les sociétés de presse qui subissent des pertes de recettes récurrentes ».

Comment en est-on arrivé là ? L’Ojim est remonté aux sources et vous propose un dossier complet pour comprendre l’histoire et les enjeux d’un diffuseur qui sous la coupe d’un syndicat jusqu’au-boutiste, est en train de scier la branche sur laquelle il est confortablement assis…

Crédit photo : capture d'écran Presstalis.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This