Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pour Radio France et Éric Fassin, dans les sciences sociales le racisme anti-blancs n’existe pas

17 octobre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pour Radio France et Éric Fassin, dans les sciences sociales le racisme anti-blancs n’existe pas

Pour Radio France et Éric Fassin, dans les sciences sociales le racisme anti-blancs n’existe pas

« Je rentre dans les crèches et je tue des bébés blancs, attrapez-les vite et pendez leurs parents, écartelez-les pour passer le temps, divertir les enfants noirs de tout âge, petits et grands » rappait Nick Conrad, artiste jusqu’alors pratiquement inconnu. Face à la tempête médiatique, le rappeur s’était défendu en expliquant qu’il avait voulu « inverser les rôles de l’homme blanc et de l’homme noir ».

Des « idées claires », mais pas pour les Blancs

Régis­sant à cette polémique, dans Les idées claires, émis­sion heb­do­madaire (10 octo­bre 2018) co-pro­duite par les médias publics France Info et France Cul­ture, le pro­fesseur de soci­olo­gie à l’u­ni­ver­sité Paris-VIII, Éric Fassin répondait à la ques­tion « Le racisme anti-Blancs existe-t-il ? » : « Le racisme anti-Blancs n’ex­iste pas pour les sci­ences sociales, ça n’a pas de sens. » Con­cé­dant que les « insultes » et les « agres­sions » exis­tent, le soci­o­logue con­sid­ère qu’on ne peut cepen­dant pas appel­er cela du racisme. « Si on com­mence à repren­dre à son compte le dis­cours de l’extrême-droite qui nous dit qu’au fond tous les racismes se valent, on est en train de nier la réal­ité de l’expérience d’une par­tie impor­tante de nos conci­toyens et conci­toyennes », estime-t-il.

Éric Fassin argu­men­tait sur France Cul­ture : « Être minori­taire ce n’est pas seule­ment une ques­tion sta­tis­tique, ce n’est pas « com­bi­en il y en a », ce sont des rap­ports de pou­voir. » Pour les sci­ences sociales, le racisme, c’est à la fois des agres­sions et des injures, mais avant tout une expéri­ence sociale de dis­crim­i­na­tion, qui favorise les risques face à l’emploi, face au loge­ment, face à la police, ce dont les Blancs ne souf­frent pas.

Les sciences sociales au service de l’idéologie racialiste

Depuis une dizaine d’an­nées, dans les départe­ments uni­ver­si­taires français de Sci­ences humaines, nom­bre de chercheurs repren­nent les grandes théories des gen­der stud­ies ou des racial stud­ies élaborées aux États-Unis. Ils expliquent que ce qui compte, ce n’est pas l’expérience indi­vidu­elle, mais l’expérience col­lec­tive. Ce n’est pas le réel, mais les représen­ta­tions men­tales et sociales.

Le con­cept de « con­struc­tion sociale » ou d’« incon­scient col­lec­tif » per­met d’at­tribuer toute pen­sée déviante à un groupe social. On vous enferme dans un groupe d’appartenance – sup­posé ou réel – en vous attribuant une iden­tité néga­tive ou pos­i­tive, qui déter­mine votre pen­sée. Ain­si, tous les « vieux mâles blancs hétéro­sex­uels » devi­en­nent néces­saire­ment racistes et sex­istes. A l’inverse, si vos ascen­dants furent esclaves, colonisés, exter­minés ou si vous êtes née femme, vous êtes à jamais vic­time. Les indigénistes recourent sys­té­ma­tique­ment à l’essen­tial­i­sa­tion pour stig­ma­tis­er les « oppresseurs ». Essen­tial­i­sa­tion qu’ils ne man­quent cepen­dant pas de dénon­cer dès qu’il s’ag­it des « vic­times ».

Con­clu­sion : pour une bonne par­tie sci­ences sociales, comme pour Radio France, les Blancs sont par essence des oppresseurs, jamais des vic­times. Vous êtes prévenus.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision