Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Pour la première fois, l’État islamique a reçu deux journalistes

7 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Pour la première fois, l’État islamique a reçu deux journalistes

Pour la première fois, l’État islamique a reçu deux journalistes

Deux journalistes allemands, Jürgen Todenhöfer et son fils, Frédéric, ont pu, pour la première fois, se rendre sur le territoire de l’État islamique pour réaliser un reportage « accrédité ».

Reporter de guerre alle­mand de 74 ans, M. Toden­höfer était depuis plusieurs semaines en cor­re­spon­dance régulière avec Abu Qatadah, un jihadiste alle­mand con­ver­ti, mem­bre du ser­vice de presse de l’EI. Après s’être assuré de pou­voir se ren­dre sur place en toute sécu­rité, il est par­ti accom­pa­g­né de son fils, direc­tion la fron­tière turque.

Intro­duits dans le « cal­i­fat » par un homme masqué, qui les suiv­ra tout au long de leur mis­sion, les deux jour­nal­istes ont vite con­staté un dur­cisse­ment de leurs con­di­tions. Leur inter­locu­teur, méfi­ant et agres­sif, leur donne des con­signes strictes : pas de télé­phone, véri­fi­ca­tion sys­té­ma­tique des pho­tos et vidéos pris­es, inter­dic­tion de sor­tir de la cham­bre sans accom­pa­g­na­teur… Lorsque les deux hommes esti­ment être traités comme des pris­on­niers, on leur répond que « les pris­on­niers n’ont pas l’oc­ca­sion de choisir ce qu’ils veu­lent pour leur petit déje­uner ».

Jür­gen et son fils choi­sis­sent mal­gré tout de pour­suiv­re leur reportage, de peur d’être pris en otage s’ils décidaient d’y met­tre un terme. Ain­si, ces derniers ont pu filmer l’ap­pli­ca­tion de la charia, les impôts imposés aux chré­tiens comme aux musul­mans, le fonc­tion­nement de l’É­tat au quo­ti­di­en, etc.

Au fil du reportage, Frédéric croit avoir dev­iné qui était leur accom­pa­g­na­teur masqué : Jiha­di John, jihadiste bri­tan­nique con­nu pour être apparu sur des vidéos d’exé­cu­tion, dont celle de l’o­tage améri­cain James Foley et que l’on croy­ait mort dans un bom­barde­ment de Raqqa fin 2015. « Nous n’en sommes pas sûrs à 100 % mais les élé­ments sont probants », esti­ment les deux jour­nal­istes. Finale­ment, mal­gré la ten­sion pal­pa­ble, ils pour­ront rejoin­dre sains et saufs la fron­tière turque, puis l’Alle­magne.

Les pho­tos de ce reportage sont disponibles sur le site inter­net de Jür­gen Toden­höfer : juergentodenhoefer.de

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.