Accueil | Portraits | Laurent de Boissieu

Laurent de Boissieu

« De Gaulle et moi »

Dernière mod­i­fi­ca­tion le 04/05/2015

Laurent de Boissieu, né en 1973, est un journaliste politique exerçant au quotidien La Croix. Il est tout spécialement attentif aux politiques du centre, de la droite, et de l’extrême droite.

Fon­da­teur de plusieurs sites inter­net trai­tant de la vie poli­tique française et européenne, il est con­sid­éré comme un spé­cial­iste des scruti­ns et des résul­tats élec­toraux, et ses sites sont très sou­vent cités dans divers ouvrages ou sites d’actualités. Il est par ailleurs fréquem­ment inter­viewé et invité sur les plateaux télé pour débat­tre et par­ler du gaullisme.

Lau­rent de Boissieu se présente lui-même sur les réseaux soci­aux comme « Citoyen de la République indi­vis­i­ble, laïque, démoc­ra­tique et sociale ».

Lau­rent de Boissieu est le petit-fils de l’explorateur et cinéaste français Mar­cel Ichac (cinéaste spé­cial­iste de films de mon­tagne).

Formation

Lau­rent de Boissieu est diplômé de l’Institut d’Études Poli­tiques de Greno­ble (men­tion assez bien, 1997). Il est égale­ment tit­u­laire d’un DESS de Droit pub­lic, obtenu à l’Université Paris X.

Parcours professionnel

1992

Lau­rent de Boissieu obtient un poste de « per­son­nel d’é­d­u­ca­tion » dans des étab­lisse­ments sco­laires. Une fonc­tion qu’il occu­pera jusqu’à l’année 2000.

1996

Lau­rent de Boissieu effectue un stage à l’Institut Charles De Gaulle durant lequel il sera en charge des rédac­tions de notices biographiques et l’indexation des ouvrages de sci­ence poli­tique.

1997–1998

Il s’occupe de la revue de presse de la rubrique « Société » pour le bul­letin de doc­u­men­ta­tion de l’Armée de l’Air.

1999

Lau­rent de Boissieu fait son entrée au jour­nal La Croix en tant que jour­nal­iste sta­giaire au ser­vice poli­tique. Il con­tribue alors aux chroniques élec­torales du cen­tre de recherch­es poli­tiques de Sci­ence-Po pour les élec­tions européennes de cette même année.

Cette même année il est chargé d’études auprès de Jérôme Jaf­fré (ana­lyste poli­tique français).

Lau­rent de Boissieu tra­vaillera égale­ment pour les édi­tions Jean-François Doumic en tant que doc­u­men­tal­iste pour le « Guide de la com­mu­ni­ca­tion ».

2000

Lau­rent de Boissieu devient rédac­teur et chef des rubriques « droite, cen­tre, et extrêmes droites » pour le ser­vice poli­tique du jour­nal quo­ti­di­en La Croix. Poste qu’il occupe encore aujourd’hui (2015).

2001

Il fonde le site « France-Politique.fr », un site se décrivant comme le « por­tail de la vie poli­tique française ». Ce site sera le pre­mier site créé par un jour­nal­iste poli­tique français. Il est sou­vent cité en référence.

2004

Lau­rent de Boissieu con­tribue aux chroniques élec­torales du Cen­tre de recherch­es poli­tiques de Sci­ence-Po pour les élec­tions européennes de cette même année.

2006

Lau­rent de Boissieu fonde le site « Europe-Politique.fr », « Europe Poli­tique, le site d’in­for­ma­tions sur les élec­tions européennes et la vie poli­tique dans les états européens. ».

2012

Cette année-là, il com­mence à enseign­er en mas­ter de jour­nal­isme du CELSA (Uni­ver­sité Paris Sor­bonne) et donne un cours inti­t­ulé « les enjeux poli­tiques ».

2013

Lau­rent de Boissieu signe un arti­cle sur son site iPolitique.fr « Existe-t-il des liens entre le FN et l’ex­trême droite rad­i­cale? », un arti­cle qui sera cité en exem­ple par le col­lec­tif « Le fas­cisme tue. Ensem­ble com­bat­tons le ». Un col­lec­tif mon­té à la suite de la mort du mil­i­tant antifas­ciste Clé­ment Méric.

2014

Il donne quelques arti­cles à la Revue poli­tique et par­lemen­taire. Une revue con­fi­den­tielle essen­tielle­ment lue par la classe poli­tique française.

2015

Sur son site inter­net « iPolitique.fr » Lau­rent de Boissieu dévoile cer­tains points orig­inels du pro­gramme de l’Union des Démoc­rates Musul­mans Français (UDMF) qui avaient été par la suite édul­coré par ce par­ti.

Lau­rent de Boissieu a égale­ment ani­mé un temps l’émission audio­vi­suelle « Face aux Chré­tiens ». Une émis­sion créée par le quo­ti­di­en La Croix en parte­nar­i­at avec le réseau Radios Chré­ti­ennes de France (RCF) ain­si que Radio Notre Dame. « Face aux chré­tiens » reçoit des per­son­nal­ités issues du monde poli­tique, économique ou religieux qui sont ques­tion­nées sur des sujets d’actualité.

Lau­rent de Boissieu écrit égale­ment ponctuelle­ment pour le site d’information français « atlantico.fr », ain­si que dans la revue Espoir de la Fon­da­tion Charles De Gaulle.

Sites internet de Laurent de Boissieu :

Publications

« Pour l’hon­neur du Gaullisme, con­tre-enquête sur un héritage », entre­tiens avec l’an­cien min­istre Jean Char­bon­nel, Riveneuve édi­tions, 2011.

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Parcours militant

Non ren­seigné

Collaborations

  • Gérard Grun­berg, Pas­cal Per­rineau, Colette Ysmal (sous la dir. de), Le vote des quinze, Press­es de Sci­ences Po (P.F.N.S.P.), 2000 (sur les élec­tions européennes de 1999)
  • Pas­cal Per­rineau, Le vote européen 2004–2005. De l’élar­gisse­ment au référen­dum français, Press­es de Sci­ences Po, coll. « Chroniques élec­torales », 2005.

Il par­ticipe égale­ment au Guide du Pou­voir (18e édi­tion et suiv­antes), une base biographique des dirigeants français éditée sous la direc­tion de Jean-François Doumic et Mireille Cal­is­to aux édi­tions du Pou­voir.

Il a dit

« J’ai créé france-politique.fr en novem­bre 2001, après un pre­mier site créé en mai 2000. Il s’agit en effet à ma con­nais­sance du plus ancien site fran­coph­o­ne présen­tant les résul­tats élec­toraux et du deux­ième infor­mant sur les par­tis poli­tiques », Lau­rent de Boissieu sur le site data-publica.com, 2012.

« C’est ado­les­cent que j’ai com­mencé à dessin­er des tableaux de résul­tats élec­toraux et des généalo­gies de par­tis poli­tiques, avec comme pre­mière source le Quid », ibid.

« Que cela plaise ou non à un dirigeant du FN comme Flo­ri­an Philip­pot, récem­ment venu de la gauche chevène­men­tiste, l’his­toire du FN s’en­racine dans l’ex­trême droite la plus dure », Lau­rent de Boissieu sur son site iPolitique.fr, 2013.

« Se revendi­quer du gaullisme au sein du Front nation­al est para­dox­al au regard de ses racines his­toriques », Lau­rent de Boissieu sur son site gaullisme.net, 2013.

« Les forces poli­tiques qui ne s’agrègent ni au bloc de droite ni au bloc de gauche sont mar­gin­al­isées, c’est l’extrême droite et le cen­tre. Mais avec les élec­tions européennes de 2014 nous avons vu appa­raître un tri­par­tisme : l’UMP, le PS, et le FN pour la pre­mière fois en tête d’un scrutin en France », inter­view don­née sur France Cul­ture, 2014.

« Marine Le Pen a fait du Front Nation­al une machine prési­den­tielle pour elle », ibid.

« Depuis 1789 la con­cep­tion de la poli­tique française c’est l’affrontement de la droite et la gauche », ibid.

« Les européennes c’est avant tout une défaite de l’UMP, d’une droite divisée », ibid.

« Dans le Jour­nal du Dimanche, Emmanuel Macron reproche à la droite de faire pass­er le par­ti avant les con­vic­tions, reproche aux “fron­deurs” du PS de faire pass­er les con­vic­tions avant le par­ti. Il faudrait savoir!!! », Lau­rent de Boissieu sur son pro­fil Face­book, 2014.

« Depuis 1983 le PS con­duit une poli­tique de plus en plus sociale-libérale : ça devait bien finir un jour par cra­quer en interne », Lau­rent de Boissieu sur son pro­fil Face­book, 2014.

« L’expression ‘’Français de souche’’ sépare ce qui est répub­li­cain de ce qui ne l’est pas (tri­er les Français en fonc­tion de leur orig­ine) », Lau­rent de Boissieu sur son compte Twit­ter, 2015.

Ils ont dit

« Dans La Croix, on peut aujourd’hui lire ceci : “D’un côté, same­di, face aux cadres du par­ti, Marine Le Pen a défendu le site Inter­net extrémiste fdesouche.com. De l’autre, dimanche, en réu­nion publique, elle a refusé la dis­tinc­tion – pour­tant intro­duite dans la vie poli­tique par son pro­pre par­ti – entre “Français de vieille souche et fils plus récents”, la “pri­or­ité nationale”  de son pro­jet étant ouverte aux uns comme aux autres.
Mon­sieur de Boissieu, jour­nal­iste dans ce quo­ti­di­en, est très mal placé pour qual­i­fi­er notre revue de presse de site extrémiste quand on con­nait l’histoire nauséabonde du jour­nal pour lequel il tra­vaille :
La Croix réus­sit à fédér­er cer­tains courants catholiques en cher­chant à se plac­er au-dessus des par­tis et des options poli­tiques mais, durant l’affaire Drey­fus, elle est vio­lem­ment antidrey­fusarde et anti­sémite. Lorsque la fal­si­fi­ca­tion d’Henry est décou­verte, le quo­ti­di­en s’en tien­dra à un acte de zèle stu­pide qui ne change pas la cul­pa­bil­ité de l’accusé. En 1890,
La Croix affirme être ” le jour­nal catholique le plus anti-juif de France” », droit de réponse du site Fdesouche.com, 2012.

« Le jour­nal­iste Lau­rent de Boissieu a bien résumé l’opposition entre les deux con­cep­tions antag­o­nistes du “nation­al­isme” qui tra­versent le FN. D’un côté, un nation­al­isme “sta­to-nation­al” accepte la réal­ité d’une société dev­enue mul­tira­ciale tout en voulant lim­iter l’immigration au nom même de l’intégration. (…) A l’opposé, un nation­al­isme “racia­lo-iden­ti­taire” rejette toute société mul­tira­ciale et s’inquiète du sort réservé aux “Français de souche”», le jour­nal en ligne Slate.fr, 2014.

Sa nébuleuse

Dominique Anglès d’Au­ri­ac, qui l’aide ponctuelle­ment dans l’animation de France-politique.fr.

Jérôme Sterk­ers, directeur de cab­i­net dans la com­mune de Lev­al­lois (UMP), qui l’aide ponctuelle­ment dans l’animation de France-politique.fr.

Philippe Cohen, jour­nal­iste d’en­quête, essay­iste, ex-rédac­teur en chef d’Info­Matin et ex-rédac­teur en chef adjoint de l’heb­do­madaire Mar­i­anne.

Pierre Levy, jour­nal­iste à Bastille-République-Nation.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo La Croix via Youtube

Tant que vous êtes ici…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et sou­vent uni­voque des médias.

Con­traire­ment à beau­coup, nous avons choisi une for­mule gra­tu­ite qui per­met de met­tre nos infor­ma­tions à la dis­po­si­tion de tous, indépen­dam­ment de leurs moyens. L’Observatoire est totale­ment indépen­dant, libre de toute pub­lic­ité, de toute sub­ven­tion, de tous action­naires. Ce qui nous per­met de don­ner une voix à ceux qui sont rarement enten­dus. Ce qui nous dif­féren­cie de nom­breux médias à un moment où la loy­auté de l’information devient cru­ciale. Votre con­tri­bu­tion, mod­este ou impor­tante, sert directe­ment à régler la par­tie tech­nique du site et à rémunér­er nos rédac­teurs. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Mer­ci de votre sou­tien.