Accueil | Actualités | Médias | Pluralité : la curieuse conception des médias belges
Pub­lié le 27 octobre 2015 | Éti­quettes : ,

Pluralité : la curieuse conception des médias belges

Pendant qu'en France, la polémique ne désenfle pas sur le refus de Marine Le Pen de se rendre à l'émission « Des Paroles et des actes » sur France 2, la Belgique, quant à elle, a déjà tranché la question depuis longtemps.

Chez nos voisins wallons, la télévision, publique comme privée, ne donne tout simplement pas la parole à ce qui est considéré comme « l'extrême-droite » ! À Public Sénat, Dominique d'Olne, chef des rédactions radio et directeur de l'information de la RTBF, a expliqué qu'il considère que le Front National « rentre dans cette catégorie des partis qui prônent des valeurs non démocratiques ».

Mais qu'est-ce que des « valeurs non démocratiques » ? Pour M. d'Olne, « les notions de racisme et de xénophobie sont poursuivies par des lois spécifiques en Belgique. Par exemple, des partis qui prônent la discrimination à l'égard de personnes d'origine étrangère sont sous le coup de cette législation, donc sont considérées comme prônant des valeurs non démocratiques. » Ainsi, « nous n'invitons pas [ces partis] dans nos débats, nous ne les interviewons pas en direct, nous ne leur donnons pas non plus de tribunes pré-électorales. Par contre, nous sommes journalistes, donc nous ne nous interdisons pas de faire des reportages sur eux ou de faire des interviews en différées », explique-t-il.

En Wallonie, depuis la loi « pacte culturel » promulguée en 1973, un « cordon sanitaire » a été établi autour des partis jugés non démocratiques. « Nous nous sommes rendu compte qu'à force de donner de la visibilité à ces partis, on arrivait à leur renforcement sur la scène politique », constate Dominique d'Olne.

Reste à savoir si le fait de ne pas donner la parole à des partis se présentant en toute légalité aux élections, et ce en raison de jugements de valeurs tout à fait subjectifs, fait partie des « valeurs démocratiques » promues par la RTBF...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This