Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nigel Farage dénonce les mensonges de la presse francophone

6 juillet 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nigel Farage dénonce les mensonges de la presse francophone

Nigel Farage dénonce les mensonges de la presse francophone

À peine le Brexit était-il voté que plusieurs médias français et belges francophones vous l’annonçait : Nigel Farage, le leader de l’UKIP, a admis être « incapable » de tenir une promesse de campagne (BFMTV).

Sauf que cette promesse, celle de réori­en­ter les 350 mil­lions de livres que le Roy­aume-Uni four­nit par semaine à l’Union Européenne vers le Nation­al Health Ser­vice, il ne l’a jamais faite. Dans un com­mu­niqué, le député européen, qual­i­fié dans l’hexa­gone de pop­uliste et d’ex­trémiste, a dénon­cé « une infor­ma­tion tron­quée et malveil­lante », reprise en France par Libéra­tion, BFMTV, L’Obs, Europe 1 et Les Échos, et en Bel­gique par la RTBF, La Libre Bel­gique et Le Soir.

« Je n’ai jamais fait cette promesse », a‑t-il assuré, expli­quant qu’il s’agis­sait d’une promesse de Vote Leave, un organ­isme sub­ven­tion­né par l’É­tat qui a fait cam­pagne pour le Brex­it mais n’a aucun lien avec son par­ti, l’UKIP. Il s’ag­it d’une « promesse exclu­sive » de Vote Leave et Farage assure être « totale­ment étranger » à cette affaire. En con­séquence, l’homme poli­tique pointe du doigt les infor­ma­tions « fauss­es et diffam­a­toires » relayées par une presse française on ne peut plus hos­tile.

Con­statant que les lecteurs de ces médias sont « mal infor­més sur le Brex­it », Nigel Farage, qui a entretemps démis­sion­né de la prési­dence de son par­ti, recom­mande à ces groupes de presse de véri­fi­er leurs sources et d’« engager un tra­duc­teur com­pé­tent ». « Vous n’avez pas com­pris qui fai­sait quoi durant toute la cam­pagne », peste-t-il. Et ce dernier de con­clure en espérant que « par pro­bité pro­fes­sion­nelle et par respect pour vos lecteurs, vous pub­lierez ce com­mu­niqué adressé à chaque rédac­tion des médias invo­qués par le présent mes­sage ». Après véri­fi­ca­tion, pas une ligne n’a été mod­i­fiée pour le moment…

Voir aussi

Notre dossier com­plet sur le traite­ment médi­a­tique du Brex­it

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision