Accueil | Actualités | Médias | Nigel Farage dénonce les mensonges de la presse francophone
Pub­lié le 6 juillet 2016 | Éti­quettes :

Nigel Farage dénonce les mensonges de la presse francophone

À peine le Brexit était-il voté que plusieurs médias français et belges francophones vous l'annonçait : Nigel Farage, le leader de l'UKIP, a admis être « incapable » de tenir une promesse de campagne (BFMTV).

Sauf que cette promesse, celle de réorienter les 350 millions de livres que le Royaume-Uni fournit par semaine à l’Union Européenne vers le National Health Service, il ne l'a jamais faite. Dans un communiqué, le député européen, qualifié dans l'hexagone de populiste et d'extrémiste, a dénoncé « une information tronquée et malveillante », reprise en France par Libération, BFMTV, L'Obs, Europe 1 et Les Échos, et en Belgique par la RTBF, La Libre Belgique et Le Soir.

« Je n'ai jamais fait cette promesse », a-t-il assuré, expliquant qu'il s'agissait d'une promesse de Vote Leave, un organisme subventionné par l'État qui a fait campagne pour le Brexit mais n'a aucun lien avec son parti, l'UKIP. Il s'agit d'une « promesse exclusive » de Vote Leave et Farage assure être « totalement étranger » à cette affaire. En conséquence, l'homme politique pointe du doigt les informations « fausses et diffamatoires » relayées par une presse française on ne peut plus hostile.

Constatant que les lecteurs de ces médias sont « mal informés sur le Brexit », Nigel Farage, qui a entretemps démissionné de la présidence de son parti, recommande à ces groupes de presse de vérifier leurs sources et d'« engager un traducteur compétent ». « Vous n'avez pas compris qui faisait quoi durant toute la campagne », peste-t-il. Et ce dernier de conclure en espérant que « par probité professionnelle et par respect pour vos lecteurs, vous publierez ce communiqué adressé à chaque rédaction des médias invoqués par le présent message ». Après vérification, pas une ligne n'a été modifiée pour le moment...

Voir aussi

Notre dossier complet sur le traitement médiatique du Brexit

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

21% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 410,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux