Accueil | Actualité de l'Ojim | Mourad Hamyd : l’Ojim fait son mea culpa
Pub­lié le 19 août 2016 | Éti­quettes :

Mourad Hamyd : l’Ojim fait son mea culpa

Le 14 janvier 2015, l’Ojim publiait un article intitulé « Mourad Hamyd, victime collatérale de l’emballement médiatique ».

Nous reprochions alors à certains journalistes d’avoir livré le nom du beau-frère de Chérif Kouachi, présenté comme « le troisième homme » des attentats de Charlie Hebdo, sans preuves et sans vérification.

Si la critique de la méthode journalistique reste valable, les évènements nous ont cependant donné tort sur le fond de l’affaire, et notamment la place du jeune homme dans le dispositif djihadiste.

En effet, celui qui s’était dit « horrifié » par les attentats de janvier 2015 et estimait que les frères Kouachi « salissaient » l’islam, a été arrêté début août à la frontière turque alors qu’il tentait de se rendre en Syrie pour combattre aux côtés de Daech. Certes, cela n’en fait toujours pas le troisième homme des attentats de janvier 2015 mais la « mansuétude » qu’a pu avoir l’Ojim pour cet individu n’en paraît pas moins aujourd’hui déplacée. Dont acte.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This