Accueil | Actualités | Médias | Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz
Pub­lié le 15 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz

Invitée pour s'exprimer sur la une de Minute qui a provoqué le scandale dans le journal télévisé de 20h de France 2, la ministre de la Justice Christiane Taubira a jugé, au cours d'un entretien plus que complaisant, que la une de l’hebdomadaire satirique de mercredi est « d'une extrême violence » et « dénie (son) appartenance à l'espèce humaine ». Rien que ça !

Mercredi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour injure publique à caractère racial, après que Jean-Marc Ayrault a saisi le procureur de la République, jugeant « révoltante » la fameuse une. L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. « Je voudrais d'abord dire ma solidarité totale, amicale et fraternelle à Christiane Taubira », a déclaré le Premier ministre lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. « Ce matin, avec cette une lamentable, une parution comme celle-là, ce n'est pas de l'information, c'est une infraction qui appelle une sanction », a-t-il ajouté :

Coup médiatique

Comme SOS Racisme la veille, le MRAP a annoncé qu'il allait déposer une plainte pour injure raciste et provocation à la haine raciste contre l'hebdomadaire.

Au sein de sa rédaction, on se réjouit du coup médiatique : « vu le prix du spot publicitaire, la polémique nous arrange bien », confie un collaborateur. Aux Inrocks, un journaliste de Minute explique la genèse de cette une : « Durant le week-end, nous n’avions pas vraiment d’idées de couverture. On pensait faire notre une sur la guerre de 14-18 et puis finalement, l’un d’entre nous a proposé cette blague de comptoir sur Taubira. Ça a fait marrer tout le monde, on a alors décidé de la faire. » Quant aux actions judiciaires, elles ne le surprennent pas : « On se doutait que SOS Racisme porterait plainte, mais nous avons prévu le coup du point de vue judiciaire. Nous sommes difficilement condamnables.

I doing above ideopathic generic viagra wrinkles Rogaine the thats while.

»

Interrogé par l'AFP, Jean-Marie Molitor, le propriétaire et directeur de la publication de l'hebdomadaire, explique : « Nous ne sommes pas du tout racistes, cette une est de mauvais goût mais c'est de la satire, ce n'est pas un délit ». « Nous assumons cette une, il n'y a rien à regretter. c'est un jeu de mot horrible, du mauvais goût à l'état pur. Mais c'est un comique bien français, on dit bien malin comme un singe », continue-t-il. « Tous ces réactions des politiques sont un nuage de fumée. Cette montée au créneau de Jean-Marc Ayrault, du ministre de l'Intérieur... Cette hystérie collective me dépasse mais c'est une jolie publicité pour nous ». L’hebdomadaire prévoit de répondre à ses détracteurs en consacrant un numéro spécial à l’affaire lors de son prochain numéro.

Signe que la polémique ne le gène pas, l'hebdomadaire tweetait mardi : « L'offre bonnet rouge (un bonnet rouge offert pour tout nouvel abonnement, ndlr) cartonne ! La semaine prochaine : un abonnement acheté, une banane offerte ! ».

Du pain bénit pour Libé

Jeudi, la une du quotidien au propriétaire inconnu sonne l'alerte (« Assez ! »). Pour l'occasion, elle est « sans photo ». Tenter de mobiliser contre le racisme, voici une recette parmi d'autres pour tenter d'endiguer l'érosion de son lectorat.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.