Accueil | Actualités | Médias | Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz
Pub­lié le 15 novembre 2013 | Éti­quettes : ,

Minute : Taubira dramatise, l’hebdo satisfait du buzz

Invitée pour s'exprimer sur la une de Minute qui a provoqué le scandale dans le journal télévisé de 20h de France 2, la ministre de la Justice Christiane Taubira a jugé, au cours d'un entretien plus que complaisant, que la une de l’hebdomadaire satirique de mercredi est « d'une extrême violence » et « dénie (son) appartenance à l'espèce humaine ». Rien que ça !

Mercredi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour injure publique à caractère racial, après que Jean-Marc Ayrault a saisi le procureur de la République, jugeant « révoltante » la fameuse une. L'enquête a été confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne. « Je voudrais d'abord dire ma solidarité totale, amicale et fraternelle à Christiane Taubira », a déclaré le Premier ministre lors de la séance des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. « Ce matin, avec cette une lamentable, une parution comme celle-là, ce n'est pas de l'information, c'est une infraction qui appelle une sanction », a-t-il ajouté :

Coup médiatique

Comme SOS Racisme la veille, le MRAP a annoncé qu'il allait déposer une plainte pour injure raciste et provocation à la haine raciste contre l'hebdomadaire.

Au sein de sa rédaction, on se réjouit du coup médiatique : « vu le prix du spot publicitaire, la polémique nous arrange bien », confie un collaborateur. Aux Inrocks, un journaliste de Minute explique la genèse de cette une : « Durant le week-end, nous n’avions pas vraiment d’idées de couverture. On pensait faire notre une sur la guerre de 14-18 et puis finalement, l’un d’entre nous a proposé cette blague de comptoir sur Taubira. Ça a fait marrer tout le monde, on a alors décidé de la faire. » Quant aux actions judiciaires, elles ne le surprennent pas : « On se doutait que SOS Racisme porterait plainte, mais nous avons prévu le coup du point de vue judiciaire. Nous sommes difficilement condamnables.

I doing above ideopathic generic viagra wrinkles Rogaine the thats while.

»

Interrogé par l'AFP, Jean-Marie Molitor, le propriétaire et directeur de la publication de l'hebdomadaire, explique : « Nous ne sommes pas du tout racistes, cette une est de mauvais goût mais c'est de la satire, ce n'est pas un délit ». « Nous assumons cette une, il n'y a rien à regretter. c'est un jeu de mot horrible, du mauvais goût à l'état pur. Mais c'est un comique bien français, on dit bien malin comme un singe », continue-t-il. « Tous ces réactions des politiques sont un nuage de fumée. Cette montée au créneau de Jean-Marc Ayrault, du ministre de l'Intérieur... Cette hystérie collective me dépasse mais c'est une jolie publicité pour nous ». L’hebdomadaire prévoit de répondre à ses détracteurs en consacrant un numéro spécial à l’affaire lors de son prochain numéro.

Signe que la polémique ne le gène pas, l'hebdomadaire tweetait mardi : « L'offre bonnet rouge (un bonnet rouge offert pour tout nouvel abonnement, ndlr) cartonne ! La semaine prochaine : un abonnement acheté, une banane offerte ! ».

Du pain bénit pour Libé

Jeudi, la une du quotidien au propriétaire inconnu sonne l'alerte (« Assez ! »). Pour l'occasion, elle est « sans photo ». Tenter de mobiliser contre le racisme, voici une recette parmi d'autres pour tenter d'endiguer l'érosion de son lectorat.

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This