Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mélenchon s’en prend violemment aux matinales

19 novembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mélenchon s’en prend violemment aux matinales

Mélenchon s’en prend violemment aux matinales

S’exprimant lors d’une soirée de soutien à « Là-bas si j’y suis » le 31 octobre dernier, Jean-Luc Mélenchon s’est montré très offensif envers les matinales et les médias dits de gauche, qui pour lui ne le sont pas du tout.

À pro­pos de France Inter, l’an­cien prési­dent du Par­ti de gauche explique : « On nous racon­te des his­toires, on nous dit “oui mais France Inter c’est le ser­vice pub­lic, c’est dif­férent”. Oui c’est dif­férent parce que non seule­ment ils sont d’accord avec les autres mais en plus ils sont arro­gants, parce qu’ils voudraient qu’on avale le potage sous pré­texte qu’ils sont cen­sés être de gauche. »

Après s’être plaint d’être mal­mené lors de la mati­nale de Patrick Cohen, notam­ment via les ques­tions d’au­di­teurs qui sont selon lui « tou­jours les mêmes », le député européen dénonce les « sales per­ro­quets du sys­tème qui font leur pro­pa­gande en boucle ».

Pour lui, les édi­tions du matin ne sont que « la grand messe du libéral­isme ». Aujour­d’hui, Mélen­chon con­fie avoir décidé d’ar­rêter les mati­nales, radio et télé, qui finis­sent en « séances de catch », ces « traque­nards » lors desquels on lui pose des « ques­tions pour­ries et des trucs dégueu­lass­es ».

« Les mati­nales, c’est une expéri­ence extrême­ment douloureuse », pour­suit-il, plaidant le fait qu’il faille « se lever tôt » et « vite regarder ses fich­es pour se les rap­pel­er ». « C’est des chiens, c’est une horde qui se jette sur vous pour vous dévor­er », estime-t-il à pro­pos des jour­nal­istes de mati­nales, à quelque excep­tions près.

Dans sa mati­nale du 10 novem­bre, Patrick Cohen a iro­nisé sur les pro­pos de Mélen­chon en début d’émis­sion. « Un cauchemar. Autant alert­er les futurs invités de ce 7/9 : ils vont vivre un cal­vaire. Un sup­plice dont témoigne Jean-Luc Mélen­chon qui a très mal vécu son dernier pas­sage dans la mati­nale de France Inter début octo­bre », a‑t-il lancé.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision