Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Opinion discriminée : vraiment ?

13 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’Opinion discriminée : vraiment ?

L’Opinion discriminée : vraiment ?

Nicolas Beytout, le PDG du quotidien libéral, est vent debout contre le refus des pouvoirs publics de lui verser certaines aides à la presse. Il est même prêt à saisir les instances européennes pour que justice lui soit rendu. Pas sûr pourtant qu’il gagne.

Con­traire­ment à Libéra­tion, La Croix, L’Hu­man­ité et même Présent, L’Opin­ion s’est vue opposée une fin de non-recevoir con­cer­nant l’aide aux jour­naux à faibles ressources pub­lic­i­taires. Plus d’une dizaine de mil­lions d’eu­ros sont ain­si ver­sés chaque année à ces titres, à con­di­tion que leurs recettes de pub­lic­ité ne dépassent pas 25% du chiffre d’af­faires total. Dans le cadre de ce cal­cul, le min­istère de la Cul­ture exclut les ventes en nom­bre, que ce soit auprès des hôtels ou des com­pag­nies aéri­ennes. Une façon de priv­ilégi­er le “vraie” dif­fu­sion, celle payée en kiosque ou par abon­nement. Du coup, L’Opin­ion, dont la moitié de la dif­fu­sion serait effec­tuée par ces réseaux par­al­lèles, se trou­ve large­ment au-dessus du pal­li­er de 25%. Le titre, qui, de sur­croît ne cer­ti­fie pas sa dif­fu­sion depuis sa créa­tion en 2013, a beau fustiger “un usage poli­tique de ses chiffres de ventes”, il se retrou­ve pris à son pro­pre piège de ces pra­tiques des­tinées à gon­fler les ventes artificiellement.

L’Opin­ion espérait aus­si touch­er l’aide au portage. Là encore, il a fait pschitt. Conçue par les pou­voirs publics comme un accéléra­teur pour les quo­ti­di­ens soucieux de pass­er de l’abon­nement postal ‑trop tardif- à l’abon­nement porté — bien plus effi­cace -, la sub­ven­tion est cal­culée sur les trois derniers exer­ci­ces. Trop jeune, L’Opin­ion en est exclue jusqu’à présent. Nico­las Beytout cri­tique dans le cas pré­cis une dis­tor­sion de con­cur­rence. A preuve, selon lui, les nou­veaux entrants ne pour­raient prof­iter du joli gâteau dis­pen­sé par l’État : au total plus de 20 mil­lions d’eu­ros. Au glob­al, con­cer­nant les deux types d’aides, le PDG de L’Opin­ion estime le manque à “gag­n­er” à 1,5 mil­lion d’eu­ros pour son titre qui vise l’équili­bre en 2017.

S’il a rai­son de déplor­er les lenteurs de l’ad­min­is­tra­tion qui a mis des mois à répon­dre à ses deman­des, les requêtes de Beytout font sourire un haut fonc­tion­naire du min­istère de la Cul­ture. Sous cou­vert d’anony­mat, ce dernier assure que depuis trois ans, le nom­bre d’abon­nements portés a bais­sé à L’Opin­ion. Quant aux faibles recettes pub­lic­i­taires, les pleines pages issues des majors du luxe et de la banque rap­porteraient bien plus, selon lui, que des ventes qui n’ex­céderaient pas 3000 exem­plaires en kiosques et 10 000 par abonnement.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.