Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération casse sa tirelire
Publié le 

17 octobre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Libération casse sa tirelire

Libération casse sa tirelire

Pour se débarrasser des journalistes historiques du quotidien, les actionnaires de Libération, Bruno Ledoux et Patrick Drahi (Numéricable), qui ont pris le pouvoir en juillet, ne regardent pas à la dépense.

Près des deux tiers des 18 mil­lions d’eu­ros que l’homme d’af­faires fran­co-israélien a injec­tés dans le jour­nal pour le redress­er, servi­ront à pay­er les par­tants. Près d’une cen­taine (dont la moitié de jour­nal­istes) au total, sur un effec­tif de 280 salariés.

La clause de ces­sion, prévue par le Code du tra­vail, con­stitue un principe très avan­tageux pour les jour­nal­istes. Ils peu­vent démis­sion­ner en béné­fi­ciant du régime clas­sique de l’in­dem­ni­sa­tion du chô­mage. À cet avan­tage, s’a­joute de sur­croît le pro­pre abon­de­ment des groupes de médias, prévu dans le cadre des con­ven­tions col­lec­tives de la presse. Le texte qui con­cerne plus par­ti­c­ulière­ment les quo­ti­di­ens prévoit que les indem­nités de départ cor­re­spon­dent à un mois de salaires par année de présence, avec un pla­fon­nement à 15 mois. En cas d’an­ci­en­neté supérieure, la Com­mis­sion arbi­trale des jour­nal­istes, dont la com­po­si­tion est par­i­taire, fixe les mon­tants sup­plé­men­taires à vers­er au salarié. Dans le cas de Libéra­tion, aucun pla­fond n’a été fixé. Cer­tains jour­nal­istes, présent depuis 20 ou même 30 ans à dans le jour­nal fondé en 1973, par­tiront donc avec des for­tunes. C’est le cas de deux directeurs adjoints de la rédac­tion, François Ser­gent et Béa­trice Val­laeys. Dans une moin­dre mesure le rédac­teur en chef, Fab­rice Rous­selot, la jour­nal­iste spé­cial­isée sur la police, Patri­cia Tourancheau, ou encore le jour­nal­iste “Cul­ture”, Robert Mag­giori, auront eux aus­si droit à un joli pactole. Éric Decouty, autre directeur adjoint de la rédac­tion de Libéra­tion, par­ti­ra quant à lui avec des indem­nités plus réduites. Mais il bas­culera directe­ment à la rédac­tion en chef de Mar­i­anne.

La volon­té de Drahi et Ledoux de pouss­er les “anciens” vers la sor­tie est man­i­feste­ment le signe d’un remod­e­lage com­plet de l’or­gan­i­sa­tion du jour­nal, et, dans un sec­ond temps, de son mod­èle économique. La diver­si­fi­ca­tion (télé, radio, cen­tre cul­turel) sont, avec le numérique, les deux grands axes développe­ment. L’ac­tiv­ité événe­men­tielle (Forums), plus ou moins en som­meil depuis un an, sera, elle, relancée. Force est de con­stater que cette feuille de route ambitieuse reste encore à écrire.

Les deux directeurs de la rédac­tion, Lau­rent Jof­frin et Johan Huf­nagel, auront notam­ment à met­tre en musique une nou­velle par­ti­tion avec un tiers de rédac­teurs en moins. Sur le dig­i­tal, qui sera refon­du comme le print début 2015, elle sera d’au­tant plus dif­fi­cile à jouer avec le départ du respon­s­able mar­ket­ing du site Liberation.fr, Flo­rent Latrive. Côté investisse­ment, large­ment con­sacré pour l’in­stant à financer les départs, les action­naires ont déjà prévu la néces­sité d’in­jecter 10 mil­lions sup­plé­men­taires, en pro­pre ou avec des parte­naires extérieurs.

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Emmanuel Goldstein

PORTRAIT — Il n’est ni jour­nal­iste, ni directeur de jour­nal, ni même mag­nat de la presse et pour­tant il exerce une influ­ence con­sid­érable sur les médias, directe et indi­recte. Por­trait d’un homme de réseau.

Audrey Crespo-Mara

PORTRAIT — Aupar­a­vant jour­nal­iste de sec­onde main, Audrey Cre­spo-Mara est dev­enue pro­gres­sive­ment, par la force des choses, une « femme de », celle de Thier­ry Ardis­son, avant de touch­er le grand pub­lic en devenant le jok­er de Claire Chaz­al aux jour­naux du week-end sur TF1.

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision