Accueil | Actualités | Médias | Le Télégramme accusé d’exploiter ses vendeurs-colporteurs
Pub­lié le 3 mars 2014 | Éti­quettes :

Le Télégramme accusé d’exploiter ses vendeurs-colporteurs

C'est le site d'information indépendant Breiz-Info qui, dans un dossier très complet, a mis en exergue la situation particulièrement précaire des vendeurs-colporteurs de presse (VCP) du quotidien breton.

Les VPC sont plus de 700 à parcourir le Finistère, le Morbihan et les Côtes d’Armor pour porter Le Télégramme aux domiciles des abonnés, 362 jours par an, toujours avant 7 heures du matin. Selon le site d'informations, s'appuyant notamment sur le témoignage de l'un de ces vendeurs-colporteurs, derrière ce service offert aux abonnés se dissimulerait un système assez opaque proche de l'exploitation pure et simple.

En effet, les colporteurs sont embauchés via des contrats de travailleur indépendant et sont rémunérés à la commission, ne bénéficiant donc ni de congés payés, ni de cotisations chômage, pour une rémunération finale inférieure au SMIC horaire. Par ailleurs, si le VCP se retrouve en arrêt de travail, il perçoit entre 4 et 6 € d’indemnités journalières versées par la sécurité sociale et doit trouver lui-même un remplaçant qu’il rémunère lui-même sur son revenu intégral (en moyenne 36,80 € pour 250 journaux/jour).

Des conditions de travail particulièrement difficiles pour un métier largement ignoré. Pour le moment, les responsables du Télégramme n'ont pas réagi au tableau particulièrement sombre brossé par Breizh-Info.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This