Accueil | Actualités | Médias | Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo critique une enquête du Monde
Pub­lié le 4 mars 2015 | Éti­quettes : , ,

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo critique une enquête du Monde

Interrogé par « Médias le Mag » sur France 5 dimanche 1er mars, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard, est revenu sur l'enquête publiée par Le Monde à propos du « casse-tête de la reconstruction » de son journal.

Pour Gérard Biard, ce papier de Raphaëlle Bacqué, soulignant les conflits au sein de la rédaction de Charlie, ne passe pas. « J'ai l'impression qu'il y a presque un acte manqué dans cette couverture. Comme si on avait voulu terminer ce que les frères Kouachi n'ont pas fini. Et quand on lit l'article, l'impression se confirme un peu », a-t-il carrément estimé.

Dans l'article en question, couvrant trois pages du supplément du Monde, M le Magazine, la journaliste s'intéresse aux coulisses de Charlie Hebdo après l'attentat. Celle-ci évoque notamment les discussions autour du capital qui « ont commencé à révéler des désaccords » mais explique également que « la tragédie qui a soudé les âmes a aussi fait ressurgir les conflits du passé » et les « rivalités d'hommes, les conflits de pouvoir et les désaccords politiques derrière une méfiance jamais apaisée ».

Pourtant, Le Monde n'est pas le seul à mettre ainsi en lumière les tensions internes de l'hebdomadaire satirique. Philippe Val, ancien patron de Charlie, s'était lui-même demandé à la télévision publique suisse « comment un titre qui est devenu tellement symbolique peut survivre journalistiquement à un enfermement dans un symbole »...

Télécharger notre infographie du groupe Le Monde

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This