Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le nouveau mode de nomination des dirigeants des médias publics en Pologne devrait faire taire les critiques européennes

1 novembre 2016

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Le nouveau mode de nomination des dirigeants des médias publics en Pologne devrait faire taire les critiques européennes

Le nouveau mode de nomination des dirigeants des médias publics en Pologne devrait faire taire les critiques européennes

Accueil | Veille médias | Le nouveau mode de nomination des dirigeants des médias publics en Pologne devrait faire taire les critiques européennes

Le nouveau mode de nomination des dirigeants des médias publics en Pologne devrait faire taire les critiques européennes

1 novembre 2016

Après sa « petite loi sur les médias » polonaise votée le 31 décembre 2015 par la nouvelle majorité conservatrice afin de remplacer rapidement la direction des médias publics qui lui étaient farouchement hostiles, ce qui a attiré contre Varsovie les foudres de Bruxelles et de nombreuses critiques dans les médias de pays comme l’Allemagne ou la France (où l’indépendance des médias publics vis-à-vis du gouvernement n’est pas non plus assurée), la Pologne avait créé en juin, conformément à son intention annoncée au moment du vote de la loi du 31 décembre, un Conseil des médias nationaux (RMN) pour nommer et révoquer les directeurs des médias publics.

Ce RMN a recon­duit dans ses fonc­tions au début du mois d’octobre le prési­dent de la télévi­sion publique (TVP) Jacek Kurs­ki qui avait été nom­mé en jan­vi­er par le min­istre du Tré­sor pub­lic en ver­tu de la « petite loi sur les médias ». Voilà donc qui devrait faire taire les cri­tiques étrangères, même si le prési­dent de TVP reste le même, puisque le RMN a organ­isé un con­cours en bonne et due forme et que ses mem­bres sont inamovi­bles pour 6 ans. La nom­i­na­tion des directeurs et prési­dents des médias publics ne dépend donc plus directe­ment du gou­verne­ment. Le RMN a égale­ment recon­duit dans ses fonc­tions le prési­dent de l’Agence de presse polon­aise (PAP) Artur Dmo­chows­ki qui avait été choisi par le gou­verne­ment du PiS. Car le RMN est bien enten­du dom­iné par le PiS puisqu’il compte trois mem­bres nom­més par la majorité par­lemen­taire, un mem­bre pro­posé par le plus gros par­ti d’opposition au par­lement, le par­ti libéral-lib­er­taire PO, et un mem­bre pro­posé par le par­ti con­ser­va­teur d’opposition Kukiz’15. Mais une telle sit­u­a­tion est plutôt stan­dard dans l’UE, et ce n’est pas la France avec son CSA qui pour­rait don­ner des leçons de démoc­ra­tie à la Pologne dans ce domaine.

La nou­veauté par rap­port à la sit­u­a­tion sous les deux gou­verne­ments de la coali­tion libérale et européiste PO-PSL (2007–2015), c’est que la majorité par­lemen­taire ne peut plus, une fois tous les ans, chang­er les mem­bres du con­seil chargés de nom­mer les dirigeants des médias publics, et donc rem­plac­er aus­si ces derniers. Si les médias européens qui accu­saient en jan­vi­er-févri­er le gou­verne­ment polon­ais d’avoir mis les médias publics sous con­trôle étaient un tan­ti­net hon­nêtes, ils devraient donc aujourd’hui le féliciter d’avoir ren­du ces dirigeants des médias publics plus indépen­dants du pou­voir poli­tique qu’ils ne l’étaient avant l’arrivée des con­ser­va­teurs au pouvoir.

Les Polon­ais atten­dent toute­fois tou­jours la réforme de la rede­vance audio­vi­suelle, payée aujourd’hui par env­i­ron 30 % des ménages alors qu’elle devrait l’être par tous ceux qui pos­sè­dent un poste de télévi­sion ou de radio, afin de ren­dre les médias publics plus indépen­dants des annon­ceurs pub­lic­i­taires et leur per­me­t­tre de se con­cen­tr­er sur leur mis­sion de ser­vice pub­lic. Jacek Kurs­ki, le prési­dent de TVP, et Krzysztof Czabańs­ki, le prési­dent du RMN, ont con­fir­mé dans des déc­la­ra­tions récentes aux médias que l’universalisation de la rede­vance, qui s’accompagnerait d’une baisse (elle coûte aujourd’hui 22,70 zlo­tys, soit env­i­ron 5 €, par mois, ou 7 zlo­tys pour ceux qui ont un poste de radio mais pas de téléviseur), était tou­jours en pro­jet et qu’on réfléchis­sait en fait à un mode de prélève­ment qui évit­erait d’avoir à envoy­er une noti­fi­ca­tion à la Com­mis­sion européenne. En effet, Brux­elles doit nor­male­ment con­firmer pour ce type de finance­ment qu’il s’agit d’une aide publique légale au regard du droit européen. Or les Polon­ais, échaudés par l’hostilité mal réprimée des insti­tu­tions européennes, et en par­ti­c­uli­er de la Com­mis­sion européenne, depuis l’arrivée du PiS au pou­voir, craig­nent que celle-ci ne leur fasse toutes les dif­fi­cultés du monde si la nou­velle rede­vance audio­vi­suelle en faveur des médias publics exige son accord.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés