Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le néo-féminisme sur internet, le mal gagne
Le néo-féminisme sur internet, le mal gagne

4 mai 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le néo-féminisme sur internet, le mal gagne

Le néo-féminisme sur internet, le mal gagne

Le néo-féminisme sur internet, le mal gagne

Après Yann Barthès, Chronique d’une imposture et L’Affaire Obono-Valeurs actuelles, Retour sur un emballement médiatique, l’Observatoire du journalisme (Ojim) publie sa troisième brochure aux éditions de la Nouvelle Librairie sur Le Néo-féminisme à l’assaut d’internet, sous la signature d’Anne Trewby, présidente du mouvement des Antigones.

Quatrième vague féministe

Après la pre­mière vague sur l’égalité des droits au XIXème siè­cle, la deux­ième après la sec­onde guerre mon­di­ale sur la sex­u­al­ité, la troisième des années 90 aux États-Unis sur les minorités, la qua­trième des années 2010 se con­cen­tre sur les vio­lences faites aux femmes avec #MeToo et l’affaire Wein­stein et sur la revanche à pren­dre face aux hommes.

Des formats en veux-tu en voilà

Si inter­net appa­rais­sait à ses débuts comme un out­il surtout mas­culin, ce n’est plus le cas. Le nom­bre de sites ou blogs s’est mul­ti­plié depuis dix ans : Ni putes ni soumis­es, Les Chi­ennes de garde, La Barbe, Les Frangines, Crêpe Geor­gette, Poulet rotique (le titre est bien trou­vé) et autres Mrs Roots.

Le monde des webzines ou des newslet­ters n’est pas oublié, ce foi­son­nement créatif via le dessin, la vidéo, le pod­cast, mis au ser­vice du nar­cis­sisme dig­i­tal, joue de la corde tou­jours sen­si­ble de l’indignation pour aller jusqu’à la dimen­sion pra­tique en deman­dant la PMA pour toutes à l’exemple d’Osez le féminisme.

Quelle alternative ?

En se démoc­ra­ti­sant grâce au développe­ment d’un écosys­tème de con­tenus, le néo-fémin­isme agres­sif rejoint le sys­tème des médias de grand chemin, M6 récem­ment, TV5Monde, Arte et bien d’autres ont leur coin néo-fémin­iste. Le Figaro reprend régulière­ment la séman­tique de fémini­cide, cul­ture du viol, patri­ar­cat. Quelques ini­tia­tives insis­tant sur la com­plé­men­tar­ité femme/homme et sur le quo­ti­di­en sont à encour­ager comme le site Femme à part, le col­lec­tif Némé­sis, le site Fille d’Europe (en som­meil) ou les Antigones. L’ouvrage d’Anne Trew­by est descrip­tif, mais aus­si rob­o­ratif et un appel à l’action et à la résistance.

Anne Trew­by, Le Néo-fémin­isme à l’assaut d’internet, pré­face de Claude Chol­let, La Nou­velle Librairie, col­lec­tion Dés­in­tox, 2021, 48 p., 4,90€. En vente à la Nou­velle Librairie et sur Ama­zon.

 

Voir notre brochure illus­trant les thèmes des décolo­ni­aux et indigénistes sur L’affaire Obono-Valeurs actuelles, Retour sur un emballe­ment médi­a­tique. La Nou­velle Librairie éd, en vente sur le site de l’éditeur et sur Ama­zon.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Arthur Dreyfuss

PORTRAIT — Le ben­jamin de l’état-major de Patrick Drahi n’en finit pas de mon­ter dans la hiérar­chie d’Altice.

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).