Accueil | Actualités | Médias | Le Monde déroule le tapis rouge au secrétaire général de l’Otan
Pub­lié le 6 mars 2015 | Éti­quettes :

Le Monde déroule le tapis rouge au secrétaire général de l’Otan

Toujours enclin à l'anti-Poutinisme primaire, l'occasion de la visite du secrétaire général de l'Otan à Paris était une aubaine à ne pas manquer pour Le Monde.

Le Norvégien Jens Stoltenberg (photo) s'est ainsi vu offrir un entretien des plus complaisants dans les colonnes du quotidien du soir. À cette occasion, la journaliste Nathalie Guibert, « qui est passée d’"experte" en faits divers à "experte" en questions de Défense depuis qu’elle a passé un mois à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque en mission », comme le note le site d'E&R, n'a, c'est le cas de le dire, utilisé que le dos de la cuillère dans le choix de ses questions à propos du conflit ukrainien.

« Combien y a-t-il de soldats russes aujourd’hui en Ukraine ? », « Avez-vous noté des mouvements russes autour de Marioupol ? », « Que faire ? », « L’Alliance doit se préparer à l’escalade ? », « La France doit-elle faire plus et fournir une aide militaire directe ? »... les exemples sont légion. En somme, un entretien atlanto-atlantiste qui ne se soucie guère de neutralité et adopte une posture sournoise de solidarité occidentale.

À ce stade, d'ailleurs, peut-on encore parler d'entretien, ne s'agit-il pas plutôt d'une tribune libre dissimulée ? Au regard de la teneur des questions, plus destinées à laisser à l'interlocuteur toute la liberté de dérouler son discours que de soulever d'éventuels contradictions, il est permis de s'interroger... Pourtant, il aurait été avisé, par exemple, de l'interroger sur le soutien, tout aussi visible et critiquable en matière d'ingérence, de l'Otan à Kiev, ou sur les véritables instigateurs du chaos de la « révolution » de Maïdan.

En attendant, le conflit ukrainien suit son cours, avec toute sa complexité, et ne doit en aucun cas être résumé, comme Le Monde vient de l'illustrer, à cet angle biaisé qui voudrait que l'on s'interroge uniquement sur ce que doit faire « l'Occident » face à la nouvelle menace rouge.

Voir notre infographie du groupe Le Monde

Crédit photo : arbeiderpartiet via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux