Accueil | Actualités | Médias | Le JT de TF1 à la peine
Pub­lié le 13 octobre 2012 | Éti­quettes :

Le JT de TF1 à la peine

53.000 euros. C’est le prix d’un spot de 30 secondes diffusé après le JT de TF1, d’après une enquête du magazine Capital consacré aux difficultés du « 20 Heures » de la Une. Or le même spot était facturé 64.000 euros en 2008. Alors même que le coût du « 20 Heures » a augmenté, les publicités qui le suivent ne génèrent plus que 5% des recettes de la chaîne contre 7% il y a un an.

Comment en est-on arrivé là ? Plus que dans le casting, le problème réside dans la formule du JT, peu intéressante, voire ennuyeuse, pour des téléspectateurs qui, pour 95% d’entre eux, sont déjà au courant des nouvelles du jour quand ils allument leur téléviseur pour le « 20 Heures ». Bref, le problème de fond est une absence de direction et de vision stratégique. Résultat : des départs volontaires de journalistes et une « opération fitness » destinée à dégraisser la chaîne d’une centaine de postes, toutes choses qui pourraient bien aggraver encore la situation.

Source : Capital, octobre 2012, Emmanuelle Andreani et Marc Endeweld

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux