Accueil | Actualités | Médias | Laurent Joffrin passe son « grand oral » à Libé
Pub­lié le 1 juillet 2014 | Éti­quettes : , , , ,

Laurent Joffrin passe son « grand oral » à Libé

Laurent Joffrin a passé hier son « grand oral » devant la rédaction de Libération.

Le nouveau directeur de la rédaction y a exposé son projet pour le journal et a tenté de convaincre la rédaction du bien-fondé et du sérieux de celui-ci.

L’exercice a duré deux heures et « n’a surpris personne » à en croire différents témoignages. Joffrin a proposé, comme en 2007, de faire de Libé un journal à la fois « fidèle à son histoire », « une voix de gauche non conformiste et indépendante », « le journal de toutes les gauches » mais aussi « un journal réinventé pour affronter l’ère numérique ». Seule nouveauté donc, mais de taille, l’annonce voulue par l’actionnaire Pierre Fraidenraich de la fusion des rédactions web/print afin de placer le numérique au cœur du projet. Joffrin a également tenu à rassurer la rédaction en l’assurant qu’il ne serait en « aucun cas un restaurateur », enterrant ainsi définitivement le projet de café Libé qui avait scandalisé la rédaction.

Pas toujours très précis, Joffrin a promis de peaufiner son projet cet été et de le mettre en route à la rentrée avec son numéro deux, Johan Hufnagel, pour être en opérationnel début 2015. « Directeur délégué en charge des éditions », Hufnagel, âgé de 45 ans, a débuté sa carrière à Libération, dont il avait dirigé le site web en 2001. Il est ensuite devenu rédacteur en chef de 20minutes.fr, puis du site de Marianne, avant de devenir cofondateur de Slate.fr.

Côté capital, Libération va être racheté et recapitalisé de 18 millions d'euros, majoritairement apportés par Patrick Drahi, patron israélien de Numéricable et récent acquéreur de SFR. Ce dernier deviendra actionnaire majoritaire avec 50 % de la holding qui détient Libé, le reste appartenant à Bruno Ledoux et à quelques autres actionnaires minoritaires.

Parmi eux, la famille Gerbi, propriétaire du concept-store parisien « Merci », un salon de thé-boutique branché de la capitale.

Le vote de la rédaction aura lieu mercredi 2 juillet mais l’issue ne semble faire aucun doute. Selon les statuts du journal, la candidature d’un nouveau chef de la rédaction est rejetée si elle recueille plus de 66% de suffrages négatifs (ou moins de 34% de suffrages positifs). Or, si la candidature de Joffrin ne déchaine pas l’enthousiasme, elle ne suscite pas non plus d’oppositions farouches et Joffrin devrait donc être élu confortablement.

Pour la première fois, la prestation a été filmée et mise en ligne.


Laurent Joffrin, le grand oral par liberation

Voir notre portrait de Laurent Joffrin ainsi que notre infographie de Libération

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.