Accueil | Actualités | Médias | Vénézuéla : la presse victime d’une disette de papier
Pub­lié le 12 septembre 2013 | Éti­quettes :

Vénézuéla : la presse victime d’une disette de papier

La farine, le sucre, le dentifrice… et aujourd’hui le papier. Le manque de devises et la dette grandissante du Venezuela poussent le pays à limiter ses importations.

Ainsi des journaux vénézuéliens ne paraissent plus – les lecteurs se contentant du site internet – et d’autres limitent leur nombre de pages. Jusqu’alors, l’importation de papier faisait partie des priorités du pays mais la situation économique vient désormais le contraindre à des sacrifices. Désormais, l’État impose aux importateurs de présenter une attestation stipulant que les biens achetés à l'étranger ne peuvent être fournis par des entreprises nationales.

« C’est un obstacle volontaire, car tout le monde sait qu'on ne produit pas de papier dans le pays », proteste David Natera, président du groupe de presse Bloque de Prensa Venezuela. Et pour la sociologue Maryclen Stelling, le gouvernement doit « rapidement résoudre la pénurie de papier qui est un problème économique, pour éviter que ça ne prenne une teinte politique ».

De l’autre côté du continent, le président équatorien avait menacé, fin août, de lancer un référendum pour la suppression de la presse papier dans le but de préserver la forêt amazonienne…

Crédit photo : neontommy via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This