Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La presse française ne publiera pas les photos du jeune Rom agressé
Publié le 

21 juin 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La presse française ne publiera pas les photos du jeune Rom agressé

La presse française ne publiera pas les photos du jeune Rom agressé

Suite à l’agression d’un Rom par des jeunes de cité vendredi dernier à Pierrefitte-sur-Seine, le quotidien britannique Daily Telegraph a publié les photos choquantes du jeune homme.

Grave­ment amoché, celui-ci gît dans un char­riot de super­marché. Et le Dai­ly Tele­graph de titr­er : « La pho­to qui va cho­quer la France. » Pour­tant, le jour­nal Le Parisien, qui avaient récupéré ces pho­tos peu souten­ables auprès de riverains, a décidé de ne pas les pub­li­er. Cela en dit long sur la dif­férence de sen­si­bil­ité qui existe entre la presse française et la presse bri­tan­nique, voire même anglo-sax­onne, tou­jours portée vers le sen­sa­tion­nel.

« Dans l’ex­ci­ta­tion de ramen­er un doc­u­ment excep­tion­nel, on s’est posé la ques­tion, ce qui est nor­mal. Mais on a presque immé­di­ate­ment décidé de ne pas la pub­li­er », racon­te l’un des deux jour­nal­istes du Parisien ayant rap­porté la pho­to. « Je con­state que nous respec­tons la loi », ajoute-t-il. Dans le pire des cas, cer­tains sites français ont mon­tré une pho­togra­phie floutée du jeune Dar­ius.

« En Grande-Bre­tagne, le droit à l’im­age est lim­ité par une inter­pré­ta­tion très large de “l’in­térêt pub­lic”. En France, deux arti­cles de la loi sur la presse enca­drent de façon beau­coup plus stricte la dig­nité des vic­times et l’i­den­ti­fi­ca­tion des mineurs », explique Le Monde. En effet, l’ar­ti­cle 39 bis punit de 15 000 euros d’a­mende « le fait de dif­fuser, de quelque manière que ce soit, des infor­ma­tions rel­a­tives à l’i­den­tité ou per­me­t­tant l’i­den­ti­fi­ca­tion d’un mineur vic­time d’une infrac­tion ».

L’ar­ti­cle 35 quater prévoit quant à lui que « la dif­fu­sion, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le sup­port, de la repro­duc­tion des cir­con­stances d’un crime ou d’un délit, lorsque cette repro­duc­tion porte grave­ment atteinte à la dig­nité d’une vic­time et qu’elle est réal­isée sans l’ac­cord de cette dernière, est punie de 15 000 euros d’a­mende ». « Si l’a­mende est assez faible, elle s’ac­com­pa­g­n­erait de fort dom­mages et intérêts », pré­cise le ser­vice juridique du Figaro.

Afin d’éviter toute fuite et entorse à la loi, la pro­cureure de la République de Bobigny, Sylvie Mois­son, chargée de l’en­quête sur le lyn­chage du jeune Rom, a rap­pelé dans un com­mu­niqué que « le droit français s’op­pose à la dif­fu­sion de la pho­to d’une vic­time mineure, qui a droit à la pro­tec­tion absolue de son image sous peine de pour­suites pénales. Je ne doute pas que le droit et la déon­tolo­gie de la presse empêcheront en France toute dif­fu­sion de cette pho­to qui n’a de place légitime que dans la procé­dure de l’en­quête crim­inelle en cours ».

Et d’a­jouter que l’en­quête « porte aus­si sur les con­di­tions de réal­i­sa­tion de cette pho­to qui est donc aus­si pro­tégée par le secret de l’en­quête ».

Plusieurs médias français ont déjà été pour­suiv­is pour des affaires sim­i­laires. Par exem­ple, en mai 2009, le mag­a­zine Choc avait pub­lié des pho­tos d’I­lan Hal­i­mi, tor­turé à mort en jan­vi­er 2006 par le Gang des Bar­bares. Le mag­a­zine racoleur avait été con­damné, la sen­tence s’ap­puyant sur une affaire qui fait jurispru­dence en la matière : la pub­li­ca­tion par Paris Match en févri­er 1998 d’une image mon­trant la dépouille du préfet Éri­gnac gisant au sol dans les instants suiv­ant son assas­si­nat.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision