Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation
La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation

16 février 2018

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | not_global | La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation

La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation

La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation

L’Observatoire est revenu le 9 février 2018 sur le cas de Julian Assange reclus depuis près de six ans à l’ambassade d’Équateur à Londres. Mardi 13 février les autorités britanniques ont confirmé le maintien de son mandat d’arrestation.

Pour sor­tir de cet enfer­me­ment en forme de cul de sac, l’Équateur avait accordé à Assange la nation­al­ité équa­to­ri­enne en décem­bre 2017. Mais les autorités bri­tan­niques avaient alors refusé de lui accorder un statut diplo­ma­tique qui lui aurait per­mis de sor­tir de l’ambassade sans courir le risque d’être arrêté. Le juge Emma Arbuth­bot a con­fir­mé le man­dat d’arrestation le 13 févri­er jugeant que « l’arrestation est une réponse pro­por­tion­née », Mon­sieur Assange s’étant sous­trait à la jus­tice en se réfu­giant dans une ambassade.

La veille, un arti­cle du quo­ti­di­en The Guardian avait révélé que dès 2013 la jus­tice sué­doise avait envis­agé d’abandonner les pour­suites pour viol con­tre Assange. Ce sont alors les autorités bri­tan­niques qui ont demandé instam­ment le main­tien des pour­suites à leurs homo­logues de Suède. L’Équateur a indiqué que Julian Assange pour­ra rester à leur ambas­sade « tant que sa vie sera en dan­ger » et l’intéressé a annon­cé sa déci­sion de faire appel de la sen­tence de main­tien d’arrestation. Si Assange fût un héros de la lib­erté d’informer, il en est devenu un mar­tyr, vivant comme un pro­scrit. Vous avez dit acharnement ?

Crédit pho­to : Can­cillería del Ecuador via Flickr (cc)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.