Accueil | Actualités | Médias | La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation
Pub­lié le 16 février 2018 | Éti­quettes : ,

La « justice » britannique : Julian Assange toujours sous mandat d’arrestation

L’Observatoire est revenu le 9 février 2018 sur le cas de Julian Assange reclus depuis près de six ans à l’ambassade d’Équateur à Londres. Mardi 13 février les autorités britanniques ont confirmé le maintien de son mandat d’arrestation.

Pour sortir de cet enfermement en forme de cul de sac, l’Équateur avait accordé à Assange la nationalité équatorienne en décembre 2017. Mais les autorités britanniques avaient alors refusé de lui accorder un statut diplomatique qui lui aurait permis de sortir de l’ambassade sans courir le risque d’être arrêté. Le juge Emma Arbuthbot a confirmé le mandat d’arrestation le 13 février jugeant que « l’arrestation est une réponse proportionnée », Monsieur Assange s’étant soustrait à la justice en se réfugiant dans une ambassade.

La veille, un article du quotidien The Guardian avait révélé que dès 2013 la justice suédoise avait envisagé d’abandonner les poursuites pour viol contre Assange. Ce sont alors les autorités britanniques qui ont demandé instamment le maintien des poursuites à leurs homologues de Suède. L’Équateur a indiqué que Julian Assange pourra rester à leur ambassade « tant que sa vie sera en danger » et l’intéressé a annoncé sa décision de faire appel de la sentence de maintien d’arrestation. Si Assange fût un héros de la liberté d’informer, il en est devenu un martyr, vivant comme un proscrit. Vous avez dit acharnement ?

Crédit photo : Cancillería del Ecuador via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This