Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La guerre rend-elle les journalistes fous ?
Publié le 

19 juillet 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La guerre rend-elle les journalistes fous ?

La guerre rend-elle les journalistes fous ?

La guerre ne rend décidément pas les journalistes plus critiques vis-à-vis de l’information qu’ils sont censés rapporter et décrypter.

Same­di dernier, sur la chaîne russe Piervy Kanal, une habi­tante de Sla­vian­sk, mère de qua­tre enfants qui se trou­ve actuelle­ment dans un camp de réfugiés de l’oblast de Ros­tov (Russie) racon­tait ain­si ce qu’elle avait « vu » une semaine aupar­a­vant, quand l’armée ukraini­enne est entrée dans Sla­vian­sk.

Voici la tra­duc­tion du début de son témoignage : “Cen­tre ville, place Lénine, le seul endroit où on peut rassem­bler des gens. Il n’y a que des femmes, parce qu’il n’y a plus d’hommes. Des femmes, des jeunes filles, des vieux. Cela s’ap­pelle une exé­cu­tion publique. Ils ont pris un garçon­net de 3 ans, un tout petit, avec sa petite culotte et son tee-shirt et, comme Jésus, ils l’ont cru­ci­fié sur le pan­neau des annonces munic­i­pales. L’un enfonçait les clous, deux autres le tenaient. Sous les yeux de sa maman. Ils main­te­naient la maman et la maman regar­dait son enfant se vider de son sang. Des cris. Des hurlements. En plus, ils ont lacéré le petit pour qu’il souf­fre davan­tage. C’é­tait insouten­able, les gens s’é­vanouis­saient. Après une heure et demie de tor­tures, quand l’en­fant est mort, ils ont attaché la mère évanouie aux che­nilles d’un tank et ils ont fait 3 fois le tour de la place. Son périmètre fait un kilo­mètre.”

Las, un jour­nal­iste, Vladimir Goly­chev, qui s’est penché sur cette « cru­ci­fix­ion », a décou­vert que cette his­toire rap­portée par cette réfugiée était tirée de… la qua­trième sai­son de Games of Thrones !

Mais si la dés­in­for­ma­tion fait des rav­ages en Russie, le « camp occi­den­tal » n’est évidem­ment pas épargné. Après avoir vu des mil­i­taires ukrainiens avec des ban­deaux sur les yeux, Car­o­line Fourest affir­mait ain­si, le 6 mai dernier, au micro de France Cul­ture, que les pro-Russ­es leur avaient arraché les globes ocu­laires au couteau !

Un partout dans la dés­in­for­ma­tion mor­bide.

Crédit pho­to : ale_paiva via SXC (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision