L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La défiance envers médias et journalistes se poursuit

15 août 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La défiance envers médias et journalistes se poursuit

La défiance envers médias et journalistes se poursuit

15 août 2017

Temps de lecture : 2 minutes

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 13/02/2017]

Comme tous les ans, le journal La Croix a publié son baromètre des médias, qui a pour but de refléter la confiance des Français envers médias et journalistes.

Et comme chaque année, tous les indi­ca­teurs sont au rouge. D’après les chiffres de l’Insti­tut Kan­tar, tous les sup­ports ont per­du en crédi­bil­ité aux yeux du pub­lic : la radio a per­du 3 points avec 52 % de taux de con­fi­ance (restant ain­si le sup­port jugé le plus fiable), la presse écrite a per­du 7 points à 44 %, la télévi­sion 9 points à 41 % et le Web 5 points à 26 %.

Aus­si, les Français présen­tent de moins en moins d’in­térêt pour l’in­for­ma­tion, qu’ils jugent biaisée. Seule­ment 64 % des per­son­nes inter­rogées se dis­ent intéressées par l’in­for­ma­tion, soit une baisse de 6 points. Pire : 67 % des sondés esti­ment que les jour­nal­istes ne sont pas indépen­dants des pres­sions des par­tis poli­tiques ou du pouvoir.

En par­al­lèle de cette défi­ance crois­sante, le dés­in­térêt s’ac­centue au prof­it des médias alter­nat­ifs ou des réseaux soci­aux. En revanche, le taux de con­fi­ance envers les infor­ma­tions glanées sur le web est bas : 73 % des sondés déclar­ent ne pas avoir con­fi­ance dans les infor­ma­tions qui y cir­cu­lent. Pour les médias, c’est une oppor­tu­nité de se plac­er en médi­a­teur, en tuteur, pour « véri­fi­er l’information ». 

Journalisme « de terrain »

Craig­nant par dessus tout une « sit­u­a­tion à l’améri­caine où les médias tra­di­tion­nels per­dent com­plète­ment la main face aux réseaux soci­aux », les grands médias envis­agent ain­si de tout miser sur le « fact check­ing » (véri­fi­ca­tion des faits) mais aus­si de s’in­ter­roger sur la fac­ture qui s’est créée entre eux et le pub­lic. BFMTV a ain­si axé sa pri­or­ité non plus sur le direct mais sur « l’in­for­ma­tion véri­fiée », après avoir tiré les leçons de ses erreurs lors des dif­férents atten­tats. De son côté, Le Parisien a fait savoir qu’il renonçait à com­man­der des sondages pen­dant la cam­pagne prési­den­tielle à venir, priv­ilé­giant le « jour­nal­isme de terrain ».

Vers une censure de fait ?

Enfin, les médias affichent depuis quelques semaines un rap­proche­ment avec les plate-formes de réseaux soci­aux, comme Face­book, ou les gros acteurs du numérique, comme Google, pour lut­ter con­tre les « fauss­es infor­ma­tions » véhiculées sur les réseaux soci­aux. De nou­veaux out­ils se créent, comme le « Décodex » du Monde, pour met­tre à l’in­dex cer­tains médias alter­nat­ifs jugés peu fiables sur des critères dou­teux… En somme, une belle manière de reporter la faute sur un phénomène extérieur, alors que la crise est interne.

C’est bien là l’er­reur des médias tra­di­tion­nels : penser que le pub­lic leur échappe par atti­rance envers les réseaux soci­aux, alors qu’il s’ag­it plutôt d’un rejet du « main­stream », loin d’être irréprochable en matière de fia­bil­ité de l’in­for­ma­tion, comme on l’a vu avec la sit­u­a­tion en Syrie. Aus­si, ces inter­ro­ga­tions, cette volon­té de retour au jour­nal­isme de ter­rain, sem­ble inter­venir bien trop tard à l’heure où le pub­lic que l’on souhaite con­quérir s’est déjà coupé des médias. Le suc­cès de la péti­tion du Col­lec­tif des usagers du ser­vice pub­lic de l’audiovisuel récla­mant le plu­ral­isme des opin­ions est un révéla­teur, voir la péti­tion : urlz.fr/4MvB

Crédit pho­to : Raphaël V via Flickr (cc)

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés