Accueil | Actualités | Médias | Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »
Pub­lié le 4 février 2014 | Éti­quettes :

Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Invité du Forum de Radio J ce dimanche 2 février 2014, Julien Dray a accusé le service public de servir la soupe aux extrémistes et aux réactionnaires, marchant dans les pas de Caroline Fourest.

« La pensée réactionnaire est devenue tendance depuis une dizaine d'années, elle est devenue à la mode. Je dirais même que le service public lui a sacrément servi la soupe avec des émissions où, soit-disant, c'est la liberté d'expression » qui prévaut, a considéré le dirigeant socialiste. « Comme disait Godard, cinq minutes pour les Juifs, cinq minutes pour les Nazis. Et comme dit Caroline Fourest, c'est même plus souvent maintenant 6 minutes pour les nazis et 4 minutes pour les Juifs », a-t-il ajouté suite aux attaques de la journaliste à l’encontre de l’émission de Frédéric Taddeï, « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3.

Le co-fondateur de SOS Racisme estime que des « leaders réactionnaires » pullulent sur « toute une série d'émission sur les radios, à la télévision ». « C'est devenu tendance, ça fait bien de remettre tout en cause. L'alibi de tout ça, c'est la liberté d'expression. Mais les idées qui sont émises, ce ne sont pas des idées, ce sont des délits. Parce qu'elles produisent, quand elles sont appliquées, de la barbarie », a-t-il conclu.

Au final, personne ne sait vraiment où commence, et surtout où s’arrête, la liberté d’expression…

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This