Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

4 février 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Temps de lecture : 2 minutes

Invité du Forum de Radio J ce dimanche 2 février 2014, Julien Dray a accusé le service public de servir la soupe aux extrémistes et aux réactionnaires, marchant dans les pas de Caroline Fourest.

« La pen­sée réac­tion­naire est dev­enue ten­dance depuis une dizaine d’an­nées, elle est dev­enue à la mode. Je dirais même que le ser­vice pub­lic lui a sacré­ment servi la soupe avec des émis­sions où, soit-dis­ant, c’est la lib­erté d’ex­pres­sion » qui pré­vaut, a con­sid­éré le dirigeant social­iste. « Comme dis­ait Godard, cinq min­utes pour les Juifs, cinq min­utes pour les Nazis. Et comme dit Car­o­line Fourest, c’est même plus sou­vent main­tenant 6 min­utes pour les nazis et 4 min­utes pour les Juifs », a‑t-il ajouté suite aux attaques de la jour­nal­iste à l’encontre de l’émission de Frédéric Tad­deï, « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3.

Le co-fon­da­teur de SOS Racisme estime que des « lead­ers réac­tion­naires » pul­lu­lent sur « toute une série d’émis­sion sur les radios, à la télévi­sion ». « C’est devenu ten­dance, ça fait bien de remet­tre tout en cause. L’al­i­bi de tout ça, c’est la lib­erté d’ex­pres­sion. Mais les idées qui sont émis­es, ce ne sont pas des idées, ce sont des dél­its. Parce qu’elles pro­duisent, quand elles sont appliquées, de la bar­barie », a‑t-il conclu.

Au final, per­son­ne ne sait vrai­ment où com­mence, et surtout où s’arrête, la lib­erté d’expression…

Crédit pho­to : par­ti­so­cial­iste via Flickr (cc)