Accueil | Actualités | Médias | Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »
Pub­lié le 4 février 2014 | Éti­quettes :

Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Invité du Forum de Radio J ce dimanche 2 février 2014, Julien Dray a accusé le service public de servir la soupe aux extrémistes et aux réactionnaires, marchant dans les pas de Caroline Fourest.

« La pensée réactionnaire est devenue tendance depuis une dizaine d'années, elle est devenue à la mode. Je dirais même que le service public lui a sacrément servi la soupe avec des émissions où, soit-disant, c'est la liberté d'expression » qui prévaut, a considéré le dirigeant socialiste. « Comme disait Godard, cinq minutes pour les Juifs, cinq minutes pour les Nazis. Et comme dit Caroline Fourest, c'est même plus souvent maintenant 6 minutes pour les nazis et 4 minutes pour les Juifs », a-t-il ajouté suite aux attaques de la journaliste à l’encontre de l’émission de Frédéric Taddeï, « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3.

Le co-fondateur de SOS Racisme estime que des « leaders réactionnaires » pullulent sur « toute une série d'émission sur les radios, à la télévision ». « C'est devenu tendance, ça fait bien de remettre tout en cause. L'alibi de tout ça, c'est la liberté d'expression. Mais les idées qui sont émises, ce ne sont pas des idées, ce sont des délits. Parce qu'elles produisent, quand elles sont appliquées, de la barbarie », a-t-il conclu.

Au final, personne ne sait vraiment où commence, et surtout où s’arrête, la liberté d’expression…

Crédit photo : partisocialiste via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux