Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

4 février 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Julien Dray accuse le service public de « servir la soupe aux réactionnaires »

Invité du Forum de Radio J ce dimanche 2 février 2014, Julien Dray a accusé le service public de servir la soupe aux extrémistes et aux réactionnaires, marchant dans les pas de Caroline Fourest.

« La pen­sée réac­tion­naire est dev­enue ten­dance depuis une dizaine d’an­nées, elle est dev­enue à la mode. Je dirais même que le ser­vice pub­lic lui a sacré­ment servi la soupe avec des émis­sions où, soit-dis­ant, c’est la lib­erté d’ex­pres­sion » qui pré­vaut, a con­sid­éré le dirigeant social­iste. « Comme dis­ait Godard, cinq min­utes pour les Juifs, cinq min­utes pour les Nazis. Et comme dit Car­o­line Fourest, c’est même plus sou­vent main­tenant 6 min­utes pour les nazis et 4 min­utes pour les Juifs », a‑t-il ajouté suite aux attaques de la jour­nal­iste à l’encontre de l’émission de Frédéric Tad­deï, « Ce soir (ou jamais !) » sur France 3.

Le co-fon­da­teur de SOS Racisme estime que des « lead­ers réac­tion­naires » pul­lu­lent sur « toute une série d’émis­sion sur les radios, à la télévi­sion ». « C’est devenu ten­dance, ça fait bien de remet­tre tout en cause. L’al­i­bi de tout ça, c’est la lib­erté d’ex­pres­sion. Mais les idées qui sont émis­es, ce ne sont pas des idées, ce sont des dél­its. Parce qu’elles pro­duisent, quand elles sont appliquées, de la bar­barie », a‑t-il conclu.

Au final, per­son­ne ne sait vrai­ment où com­mence, et surtout où s’arrête, la lib­erté d’expression…

Crédit pho­to : par­ti­so­cial­iste via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.