Accueil | Actualités | Médias | Invitation au fact checking de Google
Pub­lié le 19 juin 2019 | Éti­quettes : , ,

Invitation au fact checking de Google

Les gouvernements de l’Union Européenne ayant une évidente vocation à soutenir la liberté d’expression le lui ont demandé, il l’a fait. Qui ? Google. Quoi ? Aider à traquer « les infox ». Évidemment, dans un tel cadre, il y a infox et infox, site douteux et site douteux…

L’OJIM vous invite à prendre quelques instants : vous rendre sur le moteur de recherches le plus utilisé du monde, qui est aussi celui qui collecte le mieux et le plus vos données personnelles. Taper « Google actualités » (en Français) dans la barre de recherches. Vous arriverez sur un panel d’informations soigneusement triées comme étant officiellement les informations importantes du jour, pas uniquement pour Google mais pour l’ensemble des médias français, autrement dit des salles de rédaction soucieuses de réécrire ce qui est écrit du côté de l’AFP. Un coup d’œil à droite de la liste d’informations triées ne manquera cependant pas d’intérêt. Selon le jour et le moment, chacun pourra alors vivre une expérience unique.

Mon expérience Google à moi tout seul

En ce matin du vendredi 14 juin 2019, j’ai donc obtempéré à la requête insistante du directeur de la publication de l’OJIM et je me suis rendu sur « Google actualités ». Sur la droite des actualités sélectionnées se trouvait en effet un fil d’actualité particulier intitulé « fact-checking ». Tout comme le fil d’actualité prétend sélectionner l’information importante pour chacun de nous, ce fil de fact-checking a pour objet de sélectionner l’important à notre place. De nous simplifier l’existence en somme.

Ce fut alors comme une révélation pour le jeune pigiste que je suis, envoyé en reportage : j’étais en territoire adverse ! Pourquoi ? Toutes les informations fact checkées et tous les lieux médiatiques sources de ces informations sont des médias homologués comme étant pleinement officiels par le pouvoir politique et culturel.

5 sujets, tous bien comme il faut à l’ordre du jour :

Sujet 1 : les glaces du pôle sud fondent bel et bien à cause du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique, donc. Indiscutable. Le Monde.

Sujet 2 : Marine Le Pen pense que Trump a une popularité spectaculaire, il a en fait l’un des pires taux de l’histoire

La droite souverainiste donc. Les infréquentables en général. Journal du Dimanche.

Pourtant, à en croire Franceinfo : popularité de Trump.

Sujet 3 : une étudiante néerlandaise n’a pas été euthanasiée

Le suicide comme choix. Intouchable. AFP.

Sujet 4 : dégonflage de la mort supposée de deux gilets jaunes à Montpellier

Les pages Facebook (totalement inconnues si Le Monde n’en parle pas) qui répercutent des rumeurs. Jouissif, comme un Detective magazine ou un hebdomadaire people.

Sujet 5 : Macron n’a pas censuré la lettre du résistant Fertet

Le retrait de toutes les références au catholicisme de ce résistant et à son combat « pour la France éternelle » ? Rien n’a été retiré pour des raisons idéologiques mais pour des raisons de timing. Inimaginable. C’est en tout cas la feuille de route fixée par l’Élysée et scrupuleusement suivie par 20 Minutes.

Ce ne sera pas un voyage facile, comme tout voyage en terres adverses. Cependant, je ne puis que conseiller aux aventuriers des médias contemporains d’aller consulter ce fact checking à l’heure qui vous conviendra le mieux. Vous en reviendrez heureux de voir combien, ainsi que l’annonçait déjà Tocqueville, l’on veille à votre confort. A votre place et pour vous.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This