Accueil | Actualités | Médias | Fusion Omnicom-Publicis : un actionnaire se rebiffe
Pub­lié le 17 août 2013 | Éti­quettes : , ,

Fusion Omnicom-Publicis : un actionnaire se rebiffe

La fusion Omnicom-Publicis ne ravit pas tout le monde, à commencer par les petits actionnaires. Ainsi, un petit porteur d’Omnicom, Paul Ansfield, vient de déposer une plainte devant la Cour suprême de l’État de New-York.

Ce dernier considère que la fusion s’est faite au profit des deux dirigeants et représente un coup dur pour les petits actionnaires d’Omnicom (ceux de Publicis étant moins handicapés). « On force la main des actionnaires d'Omnicom qui doivent abandonner plus dans l'opération, au regard de leur poids dans la fusion, que ceux de Publicis », s’est plaint Paul Ansfield.

Lors de la conférence de presse annonçant la fusion, le 29 juillet dernier, les deux dirigeants des géants de la publicité avaient déclaré que celle-ci se faisait « entre égaux ». Pourtant, les critiques du concurrent Martin Sorrell, patron de WPP, avaient visé juste. « Un deal 60% (pour Omnicom) - 40% (pour Publicis) aurait été plus conforme au poids » réel des deux groupes, avait-il jugé.

La plainte de Paul Ansfield n’a pas encore été acceptée par le tribunal, mais la fusion des deux géants ne se fera visiblement pas sans remous.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This