Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Franceinfo ou la propagande par les larmes

29 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Franceinfo ou la propagande par les larmes

Franceinfo ou la propagande par les larmes

Franceinfo lance régulièrement de nouveaux types de médias destinés à « expliquer » ou à donner des « clés pour comprendre » les problématiques principales de notre époque, en particulier celles qui touchent aux obsessions de l’actuel parti des médias, comme les migrations. Un module vidéo mis en ligne le 22 juillet 2019 a attiré l’attention de l’OJIM.

Du tragique avant toute chose

La vidéo est accom­pa­g­née d’un texte com­plé­men­taire et est présen­tée ain­si. Titre : « Tra­versées, noy­ades, sauve­tages… Huit chiffres pour com­pren­dre la tragédie des migrants en Méditer­ranée ». Cha­peau : « Ren­voyés en Libye, où les droits de l’homme sont quo­ti­di­en­nement bafoués à l’é­gard des migrants, ceux qui sur­vivent à la tra­versée sont invités à errer aux portes d’une Europe de plus en plus her­mé­tique ». La vidéo dure deux gross­es min­utes, est com­posée d’images d’animation unique­ment, des­tinées à frap­per les esprits. Le texte appa­raît en sur-ajout de ces images.

Le ton est d’emblée lar­moy­ant : « Depuis 8 ans, migrants et réfugiés ten­tent par mil­liers de rejoin­dre les côtes européennes au prix d’un lourd bilan humain » (for­mu­la­tion dis­cutable, les ten­ta­tives étant autant le fait des ONG, ce que même le min­istre de l’intérieur Cas­tan­er a recon­nu, et les côtes visées sont surtout celles de l’Italie, pour des raisons poli­tiques).

Suit ceci : « Le drame des migrants en Méditer­ranée en huit chiffres ». Le pre­mier est asséné une pre­mière fois, puis répété immé­di­ate­ment avec un ton incré­d­ule : « 667. 667 per­son­nes sont mortes en Méditer­ranée durant les six pre­miers mois de 2019 ». L’image qui accom­pa­gne représente un africain en train de couler dans la mer. Les chiffres qui suiv­ent sont du même ton­neau, ayant voca­tion non à informer mais à sus­citer la com­pas­sion. Cer­tains sont pure­ment pro­pa­gan­distes : « Les ONG revendiquent à elles seules le sauve­tage de plus de 190 000 vies depuis 2015 » Il n’est de nou­veau pas indiqué que les ONG sont accusées de faire le jeu des passeurs qui s’enrichissent sur la mis­ère de ces migrants et que d’une cer­taine manière elles sont com­plices des risques pris en Méditer­ranée puisque les passeurs leur assurent d’avance que des gen­tils européens les pren­dront en charge sur la mer. C’est cette com­plic­ité qui a été dénon­cée par le min­istre de l’intérieur Cas­tan­er début avril 2019 mais qui appa­raît aus­si sur des vidéos dif­fusées par la presse et sur les réseaux soci­aux. Puis « On estime à 1,9 mil­lions le nom­bre de per­son­nes ayant survécu à la tra­ver­sée depuis 2014 ». Des chiffres pour frap­per l’esprit : « près d’une per­son­ne sur qua­tre est un enfant ». Aucun esprit cri­tique, aucune expli­ca­tion, unique­ment des faits fine­ment choi­sis.

L’auditeur décou­vre cepen­dant que les migrants, qui ne sont donc plus unique­ment des « réfugiés fuyant la guerre », con­traire­ment à ce qui fut affir­mé en 2015 et 2016, y com­pris par Fran­ce­in­fo, vien­nent de quar­ante pays, dont par ordre d’information don­née la Guinée Conakry, le Maroc et le Mali. Les pays en guerre arrivent ensuite.

Heureuse­ment ! « Durant l’été 2019, cinq bateaux affrétés par des ONG sil­lon­nent la zone pour assur­er des mis­sions de sauve­tage ».

Voir aussi : Les migrants de La Croix : culpabiliser les Européens

Culpabilisez, il en restera toujours quelque chose

Les sources util­isées par les jour­nal­istes sont 100 % sûres : « Euro­pean Union Agency for fon­da­men­tal right ». Rien à dire, que du neu­tre.

Depuis 2016, 22 navires ont « déjà assuré cette mis­sion » mais « 14 ont déjà été blo­qués ». Par qui ? On vous le donne en mille ? L’Italie !

Une fois par­venu à cette con­clu­sion, l’auditeur reste trau­ma­tisé, com­plice et cul­pa­bil­isé. Rien n’est mis en per­spec­tive, ni le pourquoi de ces migra­tions, de la majorité de jeunes hommes musul­mans, les con­séquences sociales et insécu­ri­taires, les raisons pour lesquelles un pays comme l’Italie refuse d’être LE pays qui accueille toute l’Afrique sur ses côtes, pas un mot non plus sur les pays de l’est qui ne voient pas bien pourquoi elles subi­raient les con­séquences des poli­tiques africaines de la France depuis le 19e siè­cle… rien, juste un per­ro­quet qui répète la leçon fournie par les ser­vices de l’UE.

Quant au texte… il reprend les prin­ci­pales « infor­ma­tions », légiti­mant tout cela par quelques chiffres de l’ONU… mais surtout met en accu­sa­tion le « résul­tat de la poli­tique d’extrême droite du min­istre de l’intérieur ital­ien, Mat­teo Salvi­ni ». Ce dernier aurait « con­traint » des navires « d’accoster illé­gale­ment ». Voilà une présen­ta­tion d’un acte de délin­quance et d’une atteinte à la sou­veraineté d’un pays pour le moins orig­i­nale. Il en est de même du rôle d’un min­istre de l’intérieur.

Ain­si va Fran­ce­in­fo quand il s’agit de sujets cor­re­spon­dant à l’idéologie immi­gra­tionniste au pou­voir en France et dans nom­bre de pays de l’UE. Par con­tre, audi­teurs et lecteurs n’apprendront rien sur les con­di­tions faites à ces migrants en Libye, ni pourquoi ces con­di­tions ont pu se dévelop­per, pas plus n’auront-ils de repères con­cer­nant le lien avéré entre passeurs et ONG. Entre com­plices des gangsters/sauveurs et sauveurs/complices des gang­sters.

Voir aussi : Quand France 24 informe les migrants pour qu’ils boivent la tasse

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision