Accueil | Actualités | Médias | Fleur Pellerin évoque les unes « nauséabondes » de Valeurs Actuelles
Pub­lié le 14 avril 2015 | Éti­quettes : ,

Fleur Pellerin évoque les unes « nauséabondes » de Valeurs Actuelles

« Je n’ai pas à me faire le censeur de certains médias parce que le contenu ne me plaît pas »

Invitée du « Bondy Blog Café » dimanche dernier sur LCP et France Ô, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a été interrogée sur les deux unes de Valeurs Actuelles ayant fait l'objet d'une condamnation.

« Cela m'inspire un peu du dégoût, parce que je crois qu'aujourd'hui, il ne faut pas jouer avec les haines recuites (...) Stigmatiser des populations à cause de leur origine ethnique ou de leur religion, est quelque chose d'extrêmement nauséabond et dangereux dans la période actuelle », a estimé la ministre en réussissant à réunir tous les codes de langage convenus en une seule phrase.

Les deux couvertures en question, celle sur « L'invasion qu'on cache » et celle titrant « Roms, l'overdose », ont valu récemment au directeur de la publication de l'hebdomadaire une condamnation pour « discrimination envers les musulmans » et une autre pour « provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms ».

Concernant le fait de verser tout de même des subventions à un journal si « nauséabond », Fleur Pellerin a estimé qu'elle était « aussi la ministre du pluralisme de la presse ». « Je n'ai pas à me faire le censeur de certains médias parce que le contenu ne me plaît pas », a-t-elle déclaré avant de conclure en rappelant qu'il y avait « des procédures qui permettent de faire condamner des contrevenants ».

Voir aussi : Bondy Blog, la banlieue parle aux bobos

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux