Accueil | Actualités | Médias | Fleur Pellerin évoque les unes « nauséabondes » de Valeurs Actuelles
Pub­lié le 14 avril 2015 | Éti­quettes : ,

Fleur Pellerin évoque les unes « nauséabondes » de Valeurs Actuelles

« Je n’ai pas à me faire le censeur de certains médias parce que le contenu ne me plaît pas »

Invitée du « Bondy Blog Café » dimanche dernier sur LCP et France Ô, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a été interrogée sur les deux unes de Valeurs Actuelles ayant fait l'objet d'une condamnation.

« Cela m'inspire un peu du dégoût, parce que je crois qu'aujourd'hui, il ne faut pas jouer avec les haines recuites (...) Stigmatiser des populations à cause de leur origine ethnique ou de leur religion, est quelque chose d'extrêmement nauséabond et dangereux dans la période actuelle », a estimé la ministre en réussissant à réunir tous les codes de langage convenus en une seule phrase.

Les deux couvertures en question, celle sur « L'invasion qu'on cache » et celle titrant « Roms, l'overdose », ont valu récemment au directeur de la publication de l'hebdomadaire une condamnation pour « discrimination envers les musulmans » et une autre pour « provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers les Roms ».

Concernant le fait de verser tout de même des subventions à un journal si « nauséabond », Fleur Pellerin a estimé qu'elle était « aussi la ministre du pluralisme de la presse ». « Je n'ai pas à me faire le censeur de certains médias parce que le contenu ne me plaît pas », a-t-elle déclaré avant de conclure en rappelant qu'il y avait « des procédures qui permettent de faire condamner des contrevenants ».

Voir aussi : Bondy Blog, la banlieue parle aux bobos

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This