Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
FAZ et Die Welt : l’Allemagne fête bruyamment sa désunion à Dresde

7 octobre 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | FAZ et Die Welt : l’Allemagne fête bruyamment sa désunion à Dresde

FAZ et Die Welt : l’Allemagne fête bruyamment sa désunion à Dresde

Le divorce entre les peuples et les gouvernants ne cesse de s’étendre à toute l’Europe de l’Ouest. À l’instar de ce que son collègue français, François Hollande, a pu expérimenter à plusieurs reprises lors des fêtes du 14 juillet, c’est une mauvaise surprise qui attendait la chancelière allemande Angela Merkel (CDU, Union Social-Démocrate), le président de la RFA Joachim Gauck (SPD) et le maire de Dresde Dirk Hilbert (CDU), à l’occasion de la célébration du Tag der deutschen Einheit (jour de l’unité allemande) à Dresde.

Leur arrivée a en effet été saluée par une foule houleuse, qual­i­fiée de Pöbel (« pop­u­lace ») par le monde politi­co-médi­a­tique, laque­lle a sif­flé ses dirigeants, a vocif­éré des slo­gans hos­tiles et des injures (Volksver­räter = traîtres et Haut ab! = dégagez !), et a bran­di des pan­car­tes Merkel muss weg « Merkel dehors »). La présence d’un homme de couleur aurait été saluée par des cris de singe et des appels au ren­voi. Une des femmes poli­tiques qui accom­pa­g­nait la chancelière a même fon­du en larmes.

La présence de Lutz Bach­mann, le très médi­a­tique fon­da­teur du mou­ve­ment anti-islam PEGIDA, qui a dû récem­ment s’exiler en Espagne du fait des nom­breuses actions judi­ci­aires lancées à l’encontre de son mou­ve­ment, a été remar­quée par­mi les man­i­fes­tants. Le fait que l’Allemagne renoue avec l’existence de dis­si­dents et d’exilés poli­tiques comme aux temps des dic­tatures nation­al-social­iste et com­mu­niste per­met de dire que l’affirmation du prési­dent du Bun­destag (par­lement fédéral), Nor­bert Lam­mert (CDU), en ver­tu de laque­lle « Jamais la démoc­ra­tie ne s’est aus­si bien portée en Alle­magne » (Frank­furter All­ge­meine Zeitung (FAZ), 03/10/2016), est une con­tre-vérité. La démoc­ra­tie a en effet souf­fert ces dernières années des assauts com­binés de l’idéologie mul­ti­cul­turelle (« mul­ti­kul­ti » en alle­mand), et du trans­fert de prérog­a­tives régali­ennes vers la Com­mis­sion Européenne non-élue, sorte de coup d’État con­tre la Grundge­setz (loi fon­da­men­tale alle­mande). Le trans­fert de prérog­a­tives con­sti­tu­tion­nelles du pou­voir lég­is­latif vers un organe non élu n’a en effet en rien été un fait poli­tique­ment anodin ; c’est tech­nique­ment, toutes choses étant égales par ailleurs, bel et bien ce qui s’était déjà passé lors de la pro­mul­ga­tion de la fameuse Gesetz zur Aufhe­bung der Not von Volk und Reich du 24 mars 1933 (loi de préven­tion de la détresse du peu­ple et du Reich), par laque­lle le chance­li­er du Reich Adolf Hitler se trans­férait à lui-même les prérog­a­tives du Reich­stag, ouvrant ain­si la voie – avec d’autres mesures lég­isla­tives — à l’instauration de la dic­tature nazie. Des faits soulignés par le par­ti démoc­rate, libéral, euroscep­tique et islam­oscep­tique AfD, dont les cri­tiques ont été bien accueil­lies par­mi une par­tie crois­sante des électeurs alle­mands.

La chancelière s’est mon­trée plutôt vexée et a appelé « au respect réciproque et au dia­logue » en soulig­nant « Je souhaite per­son­nelle­ment que nous résolvions ces prob­lèmes ensem­ble, dans le respect réciproque et l’acceptation d’opinions poli­tiques très diver­gentes, et que nous trou­vions de bonnes solu­tions ». Un ren­voi clas­sique au con­sen­sus, mais qui pour le coup son­nait creux.

L’allocution du min­istre-prési­dent de l’état fédéral de Saxe, Stanis­law Tillich (CDU), dans lequel celui-ci a souligné « éprou­ver de la honte que des gens puis­sent appel­er à la haine et la vio­lence », ce qui serait « méprisant pour l’humanité et pro­fondé­ment antipa­tri­o­tique », mon­tre que le dia­logue de sourds est bien loin d’avoir pris fin.

Pas moins d’une douzaine de man­i­fes­ta­tions étaient prévues à l’occasion d’une fête nationale placée sous le signe de la plus haute sur­veil­lance, 2600 fonc­tion­naires de police ayant été mobil­isés pour l’occasion. Depuis l’extrême-gauche islamo-gauchiste à PEGIDA et à l’organisation récem­ment créée Fes­tung Europa « Forter­esse Europe », la désunion alle­mande s’est étalée au grand jour dans la rue comme jamais. Des mosquées et des postes de police avaient fait l’objet d’attaques incen­di­aires ciblées quelques jours aupar­a­vant.

Voir nos précédents dossiers

Sources :

Crédit pho­to : Fred Jaug­stet­ter via Wikimé­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).