Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
<span class="dquo">«</span> Faut-il brûler les homos ? » : le titre de Maroc hebdo qui dérange

13 juin 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | « Faut-il brûler les homos ? » : le titre de Maroc hebdo qui dérange

« Faut-il brûler les homos ? » : le titre de Maroc hebdo qui dérange

Suite à un rapport du ministère marocain de la santé conseillant de dépénaliser l’homosexualité, l’hebdomadaire Maroc Hebdo s’interroge sur cette pratique toujours interdite au Maroc.

« Le min­istère de la san­té appelle à la dépé­nal­i­sa­tion de l’homosexualité au Maroc. Certes, c’est un droit indi­vidu­el. Mais, quid de la morale et des valeurs religieuses ? », se demande le jour­nal. Suit un gros titre évo­ca­teur : « Faut-il brûler les homos ? »

Ce titre a déclenché un tol­lé sur les réseaux soci­aux. Sur la page Face­book de l’heb­do­madaire fran­coph­o­ne, les inter­nautes n’ont pas man­qué de sig­naler la page et de s’insurger sur ce que cer­tains con­sid­èrent comme un appel au meurtre. Faut-il cepen­dant pren­dre ce titre au pied de la let­tre ou le con­sid­ér­er comme une expres­sion idioma­tique ? La ques­tion se pose. Après tout, les titres sont légion dans la presse française à se deman­der régulière­ment : « Faut-il brûler Dumézil ? », « Faut-il brûler les juges de la cour européenne des droits de l’homme ? », « Faut-il brûler Sade ? », « Faut-il brûler Zem­mour ? », etc., sans que cela ne choque per­son­ne.

Sur Twit­ter, d’autres inter­nautes n’ont pas hésité à com­par­er le titre de Maroc Heb­do avec une cou­ver­ture du jour­nal Minute. En juil­let 2012, en plein débat sur le mariage homo­sex­uel, celui-ci avait titré : « Mariage homo : bien­tôt ils vont pou­voir s’en­fil­er… la bague au doigt ». Ce titre potache et bon enfant (mais qui avait valu une con­damna­tion à l’hebdomadaire satirique) n’a pour­tant pas grand-chose à voir avec celui de Maroc Heb­do.

Comme le sig­nale Les Inrocks, Maroc heb­do est décrit sur le site de Cour­ri­er Inter­na­tion­al comme « un des lead­ers de l’information poli­tique, en tout cas le seul qui s’attarde sur les muta­tions sociales et poli­tiques qui s’opèrent dans le Maroc d’aujourd’hui ». Il est égale­ment con­sid­éré comme le « jour­nal des cadres, intel­lectuels et étu­di­ants maro­cains, du Maroc comme de la dias­po­ra ».

Jour­nal sérieux et recon­nu comme tel, Maroc Heb­do n’en est cepen­dant pas à son coup d’essai en matière de une explo­sive. En 2012, le mag­a­zine con­sacrait un dossier à l’immigration en prove­nance d’Afrique noire, titrant sur « Le péril noir » et décrivant des immi­grés vivant de men­dic­ité, s’adonnant au traf­ic de drogue et à la pros­ti­tu­tion, immi­grés qui posaient selon le jour­nal « un prob­lème humain et sécu­ri­taire pour le pays ». Au lende­main des atten­tats con­tre Char­lie Heb­do, le mag­a­zine n’avait pas par­ticipé au « jesu­is­charlisme » ambiant mais avait préféré pub­li­er une pho­to de la Mecque accom­pa­g­né du titre « je suis Mahomé­tan »…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.