Accueil | Actualités | Médias | En redressement judiciaire, Têtu cherche à intégrer un grand groupe
Pub­lié le 3 juin 2015 | Éti­quettes : ,

En redressement judiciaire, Têtu cherche à intégrer un grand groupe

Alors qu'il fête ses 20 ans, le magazine gay Têtu est toujours en déficit et souhaite désormais s'adosser à un groupe solide.

Lundi 1er juin, à la demande de son propriétaire, Jean-Jacques Augier, le titre s'est placé en redressement judiciaire pour quatre mois. « Je veux donner une chance à “Têtu” de survivre en s’adossant à un groupe. On a du mal à imaginer le paysage sans lui : en France, c’est le seul mass media de la communauté gay », s'est justifié M. Augier aux Échos.

En 2013, celui-ci avait racheté la société éditrice de Têtu CPPD à Pierre Bergé pour un euro symbolique. Jusqu'alors, les propriétaires se contentaient d'éponger les pertes. Une situation à laquelle se refuse désormais Jean-Jacques Augier, bien décidé à trouver l'équilibre.

Pour ce faire, il s'est donné trois ans. Aujourd'hui, nous en sommes loin (1,1 million d'euros de pertes en 2014), et c'est pourquoi Têtu, avec ses 10 salariés, cherche à présent un grand groupe auquel s'amarrer.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux