L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
En redressement judiciaire, Têtu cherche à intégrer un grand groupe

3 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | En redressement judiciaire, Têtu cherche à intégrer un grand groupe

En redressement judiciaire, Têtu cherche à intégrer un grand groupe

3 juin 2015

Temps de lecture : < 1 minute

Alors qu’il fête ses 20 ans, le magazine gay Têtu est toujours en déficit et souhaite désormais s’adosser à un groupe solide.

Lun­di 1er juin, à la demande de son pro­prié­taire, Jean-Jacques Augi­er, le titre s’est placé en redresse­ment judi­ci­aire pour qua­tre mois. « Je veux don­ner une chance à “Têtu” de sur­vivre en s’adossant à un groupe. On a du mal à imag­in­er le paysage sans lui : en France, c’est le seul mass media de la com­mu­nauté gay », s’est jus­ti­fié M. Augi­er aux Échos.

En 2013, celui-ci avait racheté la société éditrice de Têtu CPPD à Pierre Bergé pour un euro sym­bol­ique. Jusqu’alors, les pro­prié­taires se con­tentaient d’éponger les pertes. Une sit­u­a­tion à laque­lle se refuse désor­mais Jean-Jacques Augi­er, bien décidé à trou­ver l’équilibre.

Pour ce faire, il s’est don­né trois ans. Aujour­d’hui, nous en sommes loin (1,1 mil­lion d’eu­ros de pertes en 2014), et c’est pourquoi Têtu, avec ses 10 salariés, cherche à présent un grand groupe auquel s’amarrer.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés