Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dossier : So Press, anatomie d’un succès

1 septembre 2015

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Dossiers | Dossier : So Press, anatomie d’un succès

Dossier : So Press, anatomie d’un succès

De So Foot à Society en passant par Pédales !, Doolittle, So Film ou So Foot Junior, Franck Annese a crée un petit empire médiatique au ton relativement nouveau qui rencontre un franc succès chez les trentenaires. Après le foot, le vélo et le cinéma, l’entrepreneur vise à présent le rugby…

Franck Annese ne paie pas de mine : au pre­mier abord, il ressem­ble comme un clone à ces jeunes gens copiés sur la côte ouest des États-Unis et col­lés en masse depuis cinq ans dans les rues des grandes villes français­es qu’on appelait hier encore les hip­sters. Quoiqu’ils n’aient pas changé, ils ont cer­taine­ment une nou­velle dénom­i­na­tion aujourd’hui, mais peu importe : Franck Annese est le seul homme de sa généra­tion (fin 70-début 80) a avoir per­cé jusqu’à présent comme entre­pre­neur de presse écrite en France. Cas­quette basse.

Rien ne lais­sait pour­tant présager tel des­tin. L’aventurier de l’imprimerie off­set était en effet né en Bre­tagne comme beau­coup, avait fréquen­té l’ESSEC comme Julien Coupat, et se prénom­mait Franck comme tout le monde. À l’orée de son jeune des­tin, il bos­sait dans la pub et un peu pour la télé, évidem­ment. Mais très vite, en 99, alors qu’il est encore élève de son école de com­merce, il se pique de cul­ture et lance le mag­a­zine Sofa, rem­pli de bonnes inten­tions et d’indépendance. L’échec est au ren­dez-vous. Loin de se décourager, le gamin sup­port­er du FC Nantes trou­ve la mar­tin­gale : So Foot, le men­su­el du sport le plus pop­u­laire au monde, qui vient marcher sur les plates-ban­des de L’Équipe et de France Foot­ball. Avec deux com­pères de l’ESSEC, Guil­laume Bonamy et Syl­vain Hervé, et dans la lignée de la Coupe du monde 98 il invente le foot « cul­tivé », débar­rassé de ses ori­peaux de beauf machiste. Désor­mais, on peut causer mer­ca­to et coup franc en ville sans crain­dre de lass­er son inter­locu­teur féminin. Mêlant ironie gen­tille, reportages fouil­lés, voy­ages et inter­views de per­son­nal­ités des mon­des poli­tique et cul­turel, le petit men­su­el qui vend au départ 4000 exem­plaires devient vite grand. Il faut dire qu’il béné­fi­cie des meilleurs sou­tiens médi­a­tiques, ceux de la gauche dom­i­nante, de Libé aux Inrocks. So Foot est — étrange­ment — lui aus­si du côté du bien : il dénonce le racisme, la traite des humains, la marchan­di­s­a­tion du monde, la cor­rup­tion, et même le dopage. En 2004, couron­nement, pour son numéro con­tre le racisme, il est sacré « meilleure Une de l’an­née pour un jeune mag­a­zine ». Dix ans après son lance­ment, il a décu­plé ses ventes et s’est imposé comme une référence dans le vaste monde de la balle au pied française. Il est même con­venu d’accord avec ses alter ego européens, comme les alle­mands Rund et 11Freunde, le sué­dois Off­side, les Autrichiens de Ballester­er ou les Anglais de When Sat­ur­day Comes. Ces mag­a­zines se con­sul­teraient régulière­ment les uns les autres, pour coor­don­ner cer­taines actions ou s’échang­er des arti­cles.

La loi des trois « h »

Franck Annese a un cre­do, qui ne donne pas de si mau­vais résul­tats : la « loi des trois “h” : humour, his­toire, humain ». Mais cela ne l’empêche pas d’aimer surtout ce qui marche, et d’en pren­dre tous les moyens con­tem­po­rains. Si en 2006 il a jeté aux orties son pre­mier fanzine, Sofa, pour cause de non-rentabil­ité, il a très vite com­pris que pour s’imposer, le « print » seul ne suf­fit pas, quoiqu’il en dise par ailleurs (« le papi­er est meilleur pour racon­ter des his­toires »). Ain­si So Foot est dou­blé d’un site, sofoot.com, très axé sur l’actu et à la fréquen­ta­tion élevée. Surtout, la mai­son-mère So Press a créé dès 2006 une société de pro­duc­tion audio­vi­suelle (clips, pro­grammes courts, pub­lic­ités virales, doc­u­men­taires, films insti­tu­tion­nels et pro­grammes télévisés), inti­t­ulée So Films, qui compte par­mi ses clients des entre­pris­es nég­lige­ables comme Nike, Vir­gin ou Le Coq sportif.

Ce qui ren­voie directe­ment à la sec­onde activ­ité du mul­ti-cas­quettes Franck Annese, l’écriture pour le monde du spec­ta­cle : il rédi­ge ain­si depuis une bonne dizaine d’années des textes pour Antoine de Caunes quand il enfile son habit de présen­ta­teur des Césars, et des sketchs pour le comique Thomas N’Gijol, enfant de Dieudon­né, du Jamel Com­e­dy Club et de Canal+. Annese est d’ailleurs aus­si auteur pour « Le Grand Jour­nal » de la chaîne cryp­tée.

Sur tous les fronts, l’imaginatif Annese lance en 2010 Doolit­tle, « mag­a­zine trimestriel de Mode, Cul­ture et Société pour les vrais par­ents sur les vrais enfants ». Qu’est-ce qu’un vrai enfant ? D’après Annese, ce petit être ne serait pas « une icône endi­manchée », mais quelqu’un « qui se bagarre avec sa petite sœur et ne veut jamais manger ses épinards ». Vaste pro­gramme. Mais avec cette OPA sur le « kid­ing », So Press mar­que encore des points : le trimestriel serait aujourd’hui tiré à 80 000 exem­plaires, et ferait fureur chez les bobos à lar­dons.

Sur tous les fronts…

Coup redou­blé avec So Foot Junior, mis en ser­vice en avril 2014 et que ses con­cep­teurs décrivent ain­si : « Le foot est avant tout une affaire de trans­mis­sion. Le père (ou la mère) emmène son fils (ou sa fille) au stade, et lui donne l’amour du bal­lon, du mail­lot, du bla­son. Voilà ce qu’on avait envie de trans­met­tre avec So Foot Junior : notre pas­sion pour un cer­tain foot­ball. » On remar­quera l’effort louable de fémin­i­sa­tion du sujet…

Dévi­dant la bobine mirac­uleuse du sport, le groupe invente en 2011 le hors-série Pédale !, évidem­ment dédié au cyclisme et non à autre chose. Pub­lié une fois par an juste avant le tour de France, il se vendait en 2012 (derniers chiffres disponibles) à 12 000 exem­plaires, béné­fi­ciant d’une forte sym­pa­thie du milieu encore une fois.

Décidé­ment touche-à-tout, le bar­bu à cas­quette décline son amour des arts en 2012 en inven­tant So Film, men­su­el sous la direc­tion de Thier­ry Lounas, débauché des Cahiers du Ciné­ma. La recette est tou­jours la même : un regard « décalé », comme le fes­ti­val de Cannes vu par les yeux d’un vendeur de kebabs, des his­toire du ciné­ma mar­gin­al, mais aus­si, bien enten­du, des bonnes vieilles stars en cou­ver­ture, et des bons vieux noms de la cri­tique et du ciné­ma pour faire bonne mesure, comme Luc Moul­let et Louis Sko­rec­ki. Cette fois-ci, le mag­a­zine ne dépend pas directe­ment de So Press, mais des Edi­tions nan­tais­es, détenues par Franck Annese et Capric­ci (fondée par Thier­ry Lounas, François Bégaudeau et Emmanuel Bur­deau).

Le succès au rendez-vous

Dernier coup de maître en date, qui le fait vrai­ment entr­er dans la cour des grands, Annese a lancé en mars 2015 Soci­ety, véri­ta­ble mag­a­zine général­iste qui espère chas­s­er sur les ter­res de L’Express ou du Point, rien de moins. Présen­té comme un « quin­zomadaire en lib­erté », Soci­ety s’inscrit dans la lignée décrépite des Inrocks ou de Tech­nikart, cepen­dant moins obsédé par la pornogra­phie que le pre­mier et moins trash que le sec­ond. On pour­rait y voir la pat­te d’une nou­velle généra­tion de trente­naires, pleine de déri­sion gen­tille, moins agres­sive que ses anciens et cepen­dant plus nihiliste. Une bonne par­tie du mag reprend des infor­ma­tions comiques ou absur­des véhiculées générale­ment sur le web, le reste con­sis­tant en de longues inter­views inat­ten­dues ou en des reportages sur­prenants, par­fois illus­trés de dessins, selon le mode XXI. L’ensemble a une cer­taine tenue, bien que la poli­tique ou la cul­ture, comme la lit­téra­ture, au sens pro­pre, en soient absentes. Soci­ety s’adresse man­i­feste­ment à un pub­lic, tou­jours « vingte­naire » ou « trente­naire » légère­ment cul­tivé, mais qui n’a pas envie de se lancer dans des analy­ses sérieuses.

Son arrivée, servie par une grosse cam­pagne de pub, a pour­tant été remar­quée dans le paysage des mag­a­zines d’actualité. 100 000, c’est le nom­bre d’exemplaires ven­dus en moins d’un mois pour le pre­mier numéro de Soci­ety. Un suc­cès à la hau­teur des attentes de son créa­teur. Passé l’effet de sur­prise, Frank Annese, l’éditeur du mag­a­zine, table sur 60 000 ventes en kiosque — soit plus que L’Express ou l’Obs qui en sont respec­tive­ment à 56 000 et 47 000 selon l’OJD. Avant son lance­ment, Soci­ety comp­tait déjà 3 500 abon­nés, grâce à la cam­pagne menée sur le site de finance­ment par­tic­i­patif Kisskiss­bankbank. Soci­ety espère attein­dre 10 000 abon­nés dès l’an prochain. Le mag­a­zine de 116 pages paraît un ven­dre­di sur deux, au prix de 3,90 €, soit le même que L’Obs mais moins cher que L’Ex­press, ses deux prin­ci­paux con­cur­rents.

« Les news mag­a­zines actuels sont des­tinés à mes par­ents. Avec Soci­ety, nous visons les 25–45 ans CSP + » déclarait Frank Annese au Figaro.

220 000 exemplaires par mois

Aujourd’hui, le groupe écoule plus de 220 000 mag­a­zines chaque mois auprès d’un pub­lic âgé entre 25 et 49 ans. Une régie pub­lic­i­taire (H3), une société de pro­duc­tion de films (So Films), un label musi­cal (Viet­nam), une struc­ture pour l’événementiel (Doli Events) com­plè­tent la panoplie d’un groupe de nich­es qui s’est con­stru­it petit à petit. À l’automne, il annonce Tam­pon, con­sacré au rug­by. Côté finances, So Press a emprun­té 700 000 euros auprès de la Banque publique d’investissement (BPI). Franck Annese a aus­si fait venir des action­naires « amis ». Le réal­isa­teur et pro­duc­teur du « Grand Jour­nal », Renaud Le Van Kim, les ex-foot­balleurs Édouard Cis­sé et Vikash Dho­ra­soo, le patron de Sys­tème U, Serge Papin, le prési­dent du Red Star, Patrice Had­dad, ou encore l’ancien prési­dent du PSG Robin Lep­roux ont répon­du présents, à hau­teur de 850 000 euros. Et le chiffre d’affaires, d’un peu plus de 5 mil­lions d’euros en 2014, devrait attein­dre 12 mil­lions fin 2015.

Franck Annese, lui, à près de 40 ans, prévoit de se lancer dans une activ­ité d’écri­t­ure et de ciné­ma. Ça promet.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision