Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Dijonscope : RIP

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

21 mai 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Dijonscope : RIP

Dijonscope : RIP

Temps de lecture : < 1 minute

De nombreuses études montrent que le modèle économique des pure players est extrêmement difficile à trouver, d’autant plus lorsqu’il s’agit de sites d’informations locales.

Dernier exem­ple en date, Dijon­scope qui « tire sa révérence », selon les ter­mes employés par Sabine Tor­res, direc­trice et rédac­trice en chef du site. En redresse­ment judi­ci­aire depuis la fin de l’an­née 2012, aucun pro­jet de reprise et/ou de recap­i­tal­i­sa­tion n’a pu aboutir.

Pour être rentable, le site avait besoin de 3500 abon­nés. Un peu moins de 2000, dont seule­ment la moitié pour une année com­plète, ont été trou­vés… C’est donc la fin d’une aven­ture, com­mencée en 2009.

Selon les mots de Sabine Torès, Dijon­scope avait pour objec­tif « à la fois de redor­er le bla­son de la presse quo­ti­di­enne régionale en déclin et de légitimer le paiement d’une édi­tion 100% numérique alors que tout sem­ble gra­tu­it sur le web ».

« L’in­for­ma­tion indépen­dante en Bour­gogne », c’est donc (pro­vi­soire­ment ?) terminé.

Source : Dijon­scope — crédit pho­to : DR Dijonscope