Accueil | Actualités | Médias | Dijonscope : RIP
Pub­lié le 21 mai 2013 | Éti­quettes : ,

Dijonscope : RIP

De nombreuses études montrent que le modèle économique des pure players est extrêmement difficile à trouver, d'autant plus lorsqu'il s'agit de sites d'informations locales.

Dernier exemple en date, Dijonscope qui « tire sa révérence », selon les termes employés par Sabine Torres, directrice et rédactrice en chef du site. En redressement judiciaire depuis la fin de l'année 2012, aucun projet de reprise et/ou de recapitalisation n'a pu aboutir.

Pour être rentable, le site avait besoin de 3500 abonnés. Un peu moins de 2000, dont seulement la moitié pour une année complète, ont été trouvés... C'est donc la fin d'une aventure, commencée en 2009.

Selon les mots de Sabine Torès, Dijonscope avait pour objectif « à la fois de redorer le blason de la presse quotidienne régionale en déclin et de légitimer le paiement d’une édition 100% numérique alors que tout semble gratuit sur le web ».

« L'information indépendante en Bourgogne », c'est donc (provisoirement ?) terminé.

Source : Dijonscope - crédit photo : DR Dijonscope

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux