Accueil | Actualités | Médias | Deux journalistes français arrêtés au Maroc
Pub­lié le 20 février 2015 | Éti­quettes : ,

Deux journalistes français arrêtés au Maroc

Alors qu'ils réalisaient un documentaire pour France 3 sur l'économie du Maroc, deux journalistes ont été arrêtés par la police marocaine dans la soirée du dimanche 15 février, à Rabat.

Jean-Louis Perez et Pierre Chautard, qui appartiennent à l'agence Premières Lignes, étaient dans les locaux de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) lorsque des policiers, « une cinquantaine », sont intervenus brutalement. Après avoir jeté à terre une femme qui détenait les clés du local, les forces de l'ordre ont arrêté les deux journalistes et ont confisqué leur matériel.

Dans la matinée, des membres des services de sécurité s'étaient déjà rendus au siège de l'association pour demander de « leur livrer deux journalistes français ». Devant le refus d'Ahmad El-Haij, les policiers ont employé la manière forte.

Selon Paul Moreira, directeur de Premières Lignes, les journalistes avaient demandé depuis plusieurs semaines une autorisation à Rabat sans avoir de réponse, ce qui leur avait fait croire qu'ils pouvaient travailler dans la légalité.

Ils vont désormais être expulsés vers la France. Apaisement récent des relations entre les deux pays oblige, Paris ne compte pas protester, a indiqué le porte-parole du quai d'Orsay.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.