Accueil | Actualités | Médias | Des candidats de téléréalité face à Daech pour promouvoir l’immigration
Pub­lié le 22 juillet 2015 | Éti­quettes : ,

Des candidats de téléréalité face à Daech pour promouvoir l’immigration

Où s'arrêtera l'imagination des scénaristes de téléréalité ? En Australie, une émission a envoyé six candidats en Syrie et en Irak face à Daech... pour faire accepter à l'opinion d'accueillir plus de réfugiés.

C'est ainsi que trois candidats de « Go back to where you came from » (« Retourne d'où tu viens ») se sont retrouvés dans un camp kurde en plein milieu d'un échange de tirs avec les combattants islamistes. « Les combattants kurdes tiraient et essayaient de repousser les djihadistes en dehors des villages. Ils nous ont dit ne pas connaître notre position et moi je n'ai pas vraiment réalisé le sérieux de la situation », raconte l'une des candidates.

Il lui aura fallu quelques jours pour se rendre compte de ce qui s'était passé : « Des gens se font tuer là-bas et nous, nous étions sur le terrain en guerre contre Daesh, nous aurions pu nous faire tuer. »

Le but de cette prise de risque absurde et inouïe ? Sensibiliser l'opinion publique australienne afin qu'elle accepte d'accueillir plus de réfugiés sur son sol, notamment en provenance de Syrie et d'Irak... En Australie, des mesures radicales ont récemment été prises contre l'immigration, et 60 % de la population est opposée à l'accueil de réfugiés.

Ainsi, pour faire passer la pilule, quoi de mieux que de risquer la vie de citoyens lambdas et de l'exposer au public ? L'émission sera diffusée du 28 au 30 juillet sur la chaîne SBS.

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This